Marchés

Adidas vendrait Reebok, la Bourse salue

|

Après huit années de mariage infructueux, l’équipementier allemand Adidas céderait la marque de fitness Reebok chèrement acquise en 2006,

En vendant Reebok, Adidas pourrait s'alléger d'un poids et reprendre des couleurs, notamment sur le marché nord-américain face à Nike.
En vendant Reebok, Adidas pourrait s'alléger d'un poids et reprendre des couleurs, notamment sur le marché nord-américain face à Nike.

Ce n’est qu’une rumeur lancée par le Wall Street Journal, mais elle a eu pour effet d'enflammer le cours de bourse d’Adidas. Celui-ci s’inscrit en hausse de 5,29% en fin de matinée à la bourse de Francfort. Selon le quotidien américain, deux groupes d’investisseurs, Jynwell Capital, lié à la famille asiatique Low, et un deuxième lié au gouvernement d’Abu Dhabi, s’apprêteraient à déposer une offre auprès d’Adidas pour racheter Reebok, au prix de 1,7 milliard d’euros. Soit deux fois moins qu’en 2006, date à laquelle l’équipementier allemand avait repris Reebok pour 3,1 milliards d’euros. Depuis, ce mariage n’a pas porté ses fruits. Adidas devait réduire son écart avec Nike. C’est l’inverse qui s’est produit. Adidas a perdu 4 points de part de marché sur les chaussures de sport, passant de 10 à 6%, Reebok près de 7, passant de 8 à 1,8%. Pendant ce temps, Nike explosait littéralement, avec 60% de part de marché contre 35% huit ans avant. La cession de Reebok pourrait permettre à Adidas de retrouver des couleurs. Le groupe a émis cet été un avertissement sur résultats avec un bénéfice attendu à 830 millions d’euros, au lieu des 930 initiaux.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter