Affaire Intermarché/Coca-Cola: découvrez l'ordonnance rendue par le juge des référés

|

Le feuilleton judiciaire ne fait que commencer. Dans le conflit qui oppose Intermarché et Coca-Cola et que LSA a révélé le 6 janvier 2020, le Tribunal des référés vient de rendre sa décision. Voici le texte que LSA s’est procuré. Ainsi que les commentaires d'Intermarché. Ceux de Coca-Cola ayant été publiés dans un autre article. 

Voici le texte de l'ordonnance de référé
Voici le texte de l'ordonnance de référé© David Franklin david_franklin - Fotolia

LSA poursuit ses révélations sur l'affaire Intermarché/Coca-Cola. Cette fois-ci, voici le texte de l'ordonnance de référé ainsi que les commentaires de Thierry Cotillard, président d'Intermarché. 

Thierry Cotillard, président d'Intermarché: 

"Je ne veux pas commenter dans le détail une décision de justice, car elle est suffisamment explicite. Vous vous être procuré la décision du juge du tribunal de commerce de Paris, et vous avez pu comme moi constater certains termes employés par le juge comme « refus de vente et de livraison », « rupture abusive » et « abus de position dominante ».

  • « Coca-Cola est en position dominante sur le marché des colas avec une part de marché de 75 à 90%. »
  • « Le refus de vente et de livraison depuis le 1er janvier – annoncé avec un préavis de 5 jours ouvrés entraînant une rupture de stocks – et le risque de perte de clientèle constituent une rupture abusive et d’un abus de position dominante. »
  • « Le juge enjoint à Coca-Cola de reprendre immédiatement les livraisons de produits aux conditions contractuelles de 2019 sur les mois de janvier et février. »

L’important c’est que le juge condamne Coca Cola, sous astreinte financière, à reprendre immédiatement les livraisons.

Mon souci, ce sont les pdv Intermarché qui sont dans la difficulté du fait de l’agression commerciale de Coca Cola. Merci à tous les chefs d’entreprise Intermarché d’avoir supporté cette situation.

Nous nous félicitons que le juge nous donne la liberté de mettre en œuvre nos choix en faveur du « mieux manger ».

Nous nous félicitons aussi que le juge nous donne la liberté de définir nos assortiments afin de faire de la place dans nos rayons à des boissons plus saines … tout en laissant aux consommateurs la liberté de faire leur choix.

Notre volonté n’a jamais été d’arrêter de vendre du Coca Cola, mais bien de faire plus de place dans nos rayons, pour vendre à la fois du Coca Cola et des alternatives plus saines, généralement issues de PME et fabriquées en France.

Nous avons vu les déclarations de Coca Cola et nous espérons que leur volonté affichée de trouver un accord avec Intermarché est réellement sincère."

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter