Affichage et éclairage : Grand flou sur la réglementation

|

Un décret sur l'affichage publicitaire découlant du Grenelle 2, publié le 31 janvier, met en émoi les associations environnementales qui estiment qu'il dénature l'esprit de la loi. Alors que « Nathalie Kosciusko-Morizet dénonce l'effet dévastateur sur le paysage de la prolifération des panneaux publicitaires, et que Frédéric Mitterrand s'insurge contre les abords de ville dénaturés et bardés d'enseignes, ce décret ne devrait apporter aucune amélioration », se plaint Raymond Léost, secrétaire général de France Nature Environnement (FNE). Il considère que ce texte - signé par « NKM » - est une déclaration de guerre, rien de moins. La FNE envisage un recours devant le Conseil d'État. Non seulement les 4 x 3 en entrée de ville seraient conservés, mais de nouvelles implantations seraient autorisées, ainsi que des écrans vidéo et des bâches sur les immeubles, lesquelles pouvant toutefois être beaucoup plus esthétiques que les échafaudages. Pis, la future loi Warsmann de simplification administrative permettrait aux enseignes lumineuses de rester allumées la nuit jusqu'en 2018, alors qu'il était prévu qu'elles s'éteignent en 2014. « Au moment où on demande aux Français de réduire leur consommation d'énergie, c'est incompréhensible », considère Raymond Léost. La ministre assure qu'elles devront être éteintes à partir de juillet. Difficile d'y voir clair !

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2215

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA