Afibel rejoint Quelle

En prenant le contrôle du spécialiste des seniors, Quelle fait son entrée sur un marché porteur. Grâce à ce rapprochement, Afibel assure sa pérennité.

Le dernier véadiste indépendant français renonce à son autonomie. Que l'une des plus belles réussites du secteur de ces dernières années cède 75 % de son capital à Quelle est logique. « C'est une manière d'assurer la pérennité de l'entreprise, argue Patrick Delecroix, PDG d'Afibel, qui conserve une partie du capital, aux côtés de son associée, Mireille Delaittre. L'objectif, c'est que Afibel garde sa culture de PME, tout en se dotant d'outils pour intégrer un grand groupe. »

Le grand groupe en question n'est donc ni La Redoute, qui possède déjà une enseigne spécialisée sur le créneau des seniors, Daxon-Movitex, ni les 3 Suisses, présents avec Bleu Bonheur, mais Quelle, filiale de KarstadtQuelle, numéro deux de la vente à distance en Allemagne.

Quelle, dont la filiale française devrait réaliser en 2000 un CA de 564 millions d'euros, met la main sur un fleuron de la vente à distance spécialisée. Créée en 1954 par une famille du nord de la France, les Delaby, et reprise en 1991 par Patrick Delecroix, Afibel affiche une rentabilité d'exploitation record (6,28 %) dans un secteur où les ténors ne dépassent pas une moyenne de 3,5 %.

Afibel a su exploiter un créneau, les « seniorettes » (femmes de plus de 50 ans), en forte croissance : de 9 millions aujourd'hui, elles devraient être 12 millions en 2010. L'équipe dirigeante d'Afibel reste en place et les synergies devraient se situer sur le plan des fichiers clients et de la fabrication des catalogues. Afibel compte aussi sur Quelle, qui réalise 22 % de son CA à l'étranger, pour commencer à se développer hors des frontières françaises.
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1706

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous