AG Carrefour : "Nous sommes à la moitié du plan qui avait été annoncé" (Plassat)

|

L'assemblée générale des actionnaires de Carrefour s'est déroulée ce matin au Palais des congrès de Paris. En présence de Philippe Houzé, représentant de la famille Moulin, nouvel actionnaire à hauteur de 6,1 % de Carrefour, Georges Plassat, PDG du groupe, est revenu sur l'exercice en cours et les priorités du moment. Voici ses principales déclarations.

Georges Plassat, PDG de Carrefour.
Georges Plassat, PDG de Carrefour.© JB Duval

Tour d’horizon de l'activité pays Carrefour

« L’Espagne va mieux. Espérons qu’elle va retrouver une nouvelle vigueur. »

« En Italie, il y a un gros travail qui nous attend, pour trois ans, de relance par le métier. Il faut retrouver une efficacité tarifaire, travailler à la réorganisation."

« La Belgique est stable dans un contexte de concurrence très forte ».

« La Pologne, où nous sommes n°4, est plus dure avec le hard discount qui a fait florès. Mais nous sommes peut-être à la veille d’un mouvement de concentration. Le groupe pourrait avoir son rôle à jouer. »

« Le Brésil a fait une très bonne année. On a vu que la monnaie a un impact important. Nous avons deux modèles qui ont fonctionné. L’hyper, dans lequel nous allons réinvestir, et Atacadão, dont nous pouvons améliorer les performances de gestion, notamment via un ancrage plus local. »

« En Argentine, je tiens à saluer le travail des équipes en place. Elles ont maintenu les résultats malgré le contrôle des prix, la fermeture des frontières, et une augmentation considérable des salaires."

« La Chine entre dans une ère de lutte contre la corruption et de frugalité qui pèse sur la consommation. Il faut regarder ce pays à moyen et long terme. Nous avons connu un recul de 1 % à surface comparable mais de nombreux concurrents ont également souffert.

 

Les priorités de l’exercice en cours

« Premièrement, nous allons maintenir partout le retour au métier, l’appliquer à l’ensemble des effectifs. Deux, la responsabilisation. Nous devons amener les collaborateurs à plus de responsabilités. Ils sont souvent plus compétents qu’ils ne le croient eux-mêmes. Trois, le renouvellement des cadres. Nous allons commencer dès cette année le rajeunissement des cadres, multiplier la formation et recruter à l‘externe. Quatre, préserver les investissements. Ils seront autour de 2,5 milliards d’euros. »

« L’époque actuelle peut engager la distribution dans une guerre des prix. Un groupe comme le nôtre a les moyens d’y faire face. »

« Le 16 avril, nous allons retrouver la maîtrise de 160 à 170 galeries marchandes. Cela va prendre cinq ans, sous la présidence de M. Ehrmann s’il est élu par le conseil d’administration. »

« Nous sommes à la moitié du plan qui avait été annoncé. La phase de simplification n’est pas du tout aboutie. Il faudra encore un ou deux ans. Le groupe est reparti, la convalescence est en cours.

 

L’arrivée de la famille Moulin au capital

« Je crois que l’arrivée de la famille Moulin est une bonne chose. Je leur souhaite la bienvenue. C’est une famille qui connaît nos métiers depuis longtemps, je connais aussi Philippe Houzé depuis longtemps. C’est un signe de confiance et d’encouragement. Ce n’était pas prévu. J’ai été informé de cette envie il y a quelques semaines. »

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter