Agathe Boidin, directrice générale du groupe Orchestra-Prémaman : Sa mission, intégrer Prémaman dans les meilleures conditions

ON EN PARLE AGATHE BOIDIN est nommée directrice générale du groupe Orchestra-Prémaman. Elle devra notamment gérer l'intégration de Prémaman.

Agathe Boidin.jpg
Agathe Boidin.jpg© DR

Douze ans et beaucoup de chemin parcouru : « Quand je suis arrivée comme directrice administrative et financière chez Orchestra, en 2000, le groupe n'avait qu'une vingtaine de magasins et réalisait 8 millions d'euros de chiffres d'affaires. Nous démarrions à peine les franchises », se souvient Agathe Boidin. Aujourd'hui, cette quadragénaire prend la tête de la direction générale du spécialiste français de l'univers enfant, devenu un véritable géant - 269,4 M € de chiffre d'affaires pour son exercice 2011-2012 (arrêté à fin février) et 460 magasins -, qui a racheté en juillet l'enseigne belge de puériculture Prémaman (58 M € de CA en 2011 et 284 magasins). « Ma mission est de réussir l'intégration de Prémaman, de continuer l'expansion du groupe en développant la puériculture et de déployer notre nouveau concept de très grands magasins en France et en Europe », explique Agathe Boidin, qui, comme administratrice de Prémaman, sillonne régulièrement les routes, de Montpellier (siège d'Orchestra) à la Belgique. Passionnée par la finance, cette Lilloise d'origine a débuté sa carrière dans l'audit, chez Coopers and Lybrandt (devenu depuis PricewaterhouseCoopers), avant d'intégrer le contrôle financier de Dim. « Je suis d'abord entrée au siège européen de la marque, puis dans une filiale gérant les magasins d'usine, puis au niveau international », raconte-t-elle. Arrivée dans le Sud de la France pour raisons familiales, elle rejoint Orchestra : « Le groupe recherchait à l'époque quelqu'un qui connaissait la finance et le textile. » Un profil adéquat ! En 2009, Pierre Mestre, le fondateur d'Orchestra, lui confie la direction de son holding, la Financière Mestre, puis la direction générale déléguée du groupe, en charge des opérations. « C'est une vraie opportunité d'entrer dans une entreprise avec un tel dynamisme », se réjouit-elle. Souhaitons-lui que cela dure !

C'est une vraie opportunité d'entrer dans une entreprise avec un tel dynamisme.

 

EN DATES

  • 1993 Auditeur au sein du cabinet de conseil Coopers and Lybrandt (devenu PricewaterhouseCoopers)
  • 1996 Nommée chez Dim (groupe SaraLee) au poste de contrôleur financier
  • 2000 Entre chez Orchestra Kaziboa à la direction administrative et financière, avant d'être nommée directrice générale de la financière Mestre SARL (groupe Orchestra), puis directrice générale déléguée en charge des opérations d'Orchestra
  • 2005 Obtient le diplôme d'expert-comptable
  • 2012 Nommée directrice générale du groupe Orchestra-Prémaman

 

1 commentaire

Laurence Vincent

02/03/2016 16h27 - Laurence Vincent

Binjour, Je sors à l'instant de chez Orchestra à cocotte canal 97224 Ducos Martinique avec ma maman qui a accepté de m'accompagner malgré le chagrin qui l'accable suite au décès subit de ma soeur. Nous choisissons un petit ensemble pour un bébé, lot de leggins et un ensemble pour ma fille. Je sors ma carte de fidélité, la caissière nous donne le montant, et là, maman me donne un billet de 50€ pour régler, toute heureuse de payer l'ensemble de sa petite fille. Et là, la vendeuse refuse de prendre le billet parce que je ne l'ai pas sorti de mon sac alors que la carte est à mon nom. Je prend le billet et le lui tend, elle refuse car c'est une fraude. Et poursuit, ''''''''elle préfère perdre une vente plutôt que d'accepter ce billet''''''''... ... Il faut arrêter de se moquer des gens. Si vous voulez continuer d'enrichir ce type de personnes, libre à vous mais sachez qu'ils n'ont aucun respect pour les clients et je vous épargne l'attitude et le ton arrogant de cette dite vendeuse qui a fait un bon en arrière et a grimacé comme le billet allait lui sauté à la gorge... C'est personne est une honte pour votre enseigne. Les vendeuses de l'ancienne propriétaire de la franchise étaient géniales... J'ai donné des vêtements tellement j'en avais et les autres, ma fille les met à ses poupées... J'attends une réponse des responsables du magasin et des excuses à ma mère de la part de cette vendeuse. Une fidèle cliente extrêmement déçue.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Email obligatoire

Email incorrect

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2249

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

Nos formations

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message