Alain Afflelou : Le visionnaire veut le rester

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Depuis vingt-cinq ans, le groupe bordelais fait office de pionnier dans le secteur de l'optique. Il a bien l'intention de le rester.

Alain Afflelou
Alain Afflelou© ARI ROSSNER

Début des années 80, il interdit les blouses blanches dans ses magasins, propulsant le secteur de l'optique du paramédical dans le commercial. à la même époque, il ose aller en télé avec « On est fou d'Afflelou », slogan publicitaire encore dans toutes les têtes... Fin des années 90, il lance Tchin-Tchin, mettant sur le devant de la scène le « deux paires pour le prix d'une », devenu depuis le standard du marché... Plus d'une fois, Alain Afflelou a obligé le secteur à le suivre ou à réagir ! En un quart de siècle, le groupe bordelais, avec 16% de part de marché, un taux de notoriété de 96% en assisté et de 70% en spontané, est devenu un pilier de l'optique en France. Et il n'a pas l'intention de s'arrêter là. En effet, le groupe multiplie les projets, s'appuyant sur les bonnes vieilles recettes de marketing qui ont toujours fait son succès jusqu'alors : innovation, communication et proximité.

 

40 nouveaux points de ventes prevus cette annee

Preuve de son dynamisme, il vient de dédier un concept aux magasins de périphérie, son nouveau territoire de prédilection, encore peu exploité dans le secteur de l'optique. « Les centres-villes sont saturés d'opticiens. Et les emplacements dans les centres commerciaux sont très chers, sans compter l'indexation sur le chiffre d'affaires, aux alentours de 7%, les horaires d'ouverture imposés par le centre, les associations de commerçants, etc. Les magasins en zones commerciales n'ont pas toutes ces contraintes, et sont donc plus facilement rentabilisés », explique Laurent Afflelou, directeur du développement de l'enseigne. Celle-ci compte ouvrir une dizaine d'unités en zones commerciales cette année, mais ne négligera pas pour autant son développement en centres commerciaux et en centres-villes (environ une trentaine de points de vente supplémentaires). Et ce même si « nous ne privilégions pas le nombre de d'ouvertures mais le bien-être des franchisés », explique Laurent Afflelou.

 

UN NOUVEAU CONCEPT ET UNE IMPLEMENTATION A L'INTERNATIONAL

Deuxième exemple de sa détermination, le groupe lancera en juillet sa seconde enseigne, au positionnement toujours inconnu. Les magasins seront situés dans les galeries commerciales des hypers Carrefour, à la place des anciens Carrefour Optique. « Mérignac et Bègles (Gironde) seront les premiers centres à accueillir le nouveau concept », révèle Laurent Afflelou.

Enfin, à l'heure où la concentration en France des opticiens semble quasi terminée - la Guilde des Lunetiers est devenue actionnaire majoritaire de la Centrale des Opticiens fin 2002 et a mis la main sur Lynx Optique fin octobre 2003 , Alain Afflelou a racheté Carrefour Optique en juin 2003, Optic 2000 s'est offert Lissac fin novembre 2003, Visual vient de rejoindre Grand Vision -, les chaînes françaises, très peu développées à l'étranger, sont confrontées au défi de l'international. Toutes semblent vouloir accélérer leur implantation hors des frontières. Et à ce jeu-là, Alain Afflelou, grâce à Carrefour Optique et sa filiale espagnole, a une longueur d'avance. Après la rétrocession des magasins à des franchisés, le groupe bordelais vient de créer une structure de développement de sa franchise outre-Pyrénées. Les 73 magasins Opticas Carrefour sont aussi devenus Alain Afflelou Optico. Le groupe n'a pas seulement des ambitions en Espagne. Il veut se faire un nom en Belgique, au Liban, au Luxembourg, en Tunisie et au Maroc.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1866

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA