Alain Bazot (UFC Que Choisir) met en cause le coût exorbitant des lunettes

|

UFC-Que Choisir vient de procéder à une étude sur les prix des lunettes qui aboutit à un coût de celles-ci pour les Français largement supérieur à la moyenne européenne, et dû selon lui à un système sans régulation. Le nombre de magasins d’optique est mis en cause.

"Marges des opticiens, attention les yeux, 233 % de marge brute". Selon l’étude de l'UFC Que Choisir, pour un équipement vendu en moyenne 470 euros TTC, soit 393 € hors tva, les opticiens multiplient par 3,3 le prix d’achat aux grossistes pour les verres et les montures. Pour l’essentiel, le coût provient des frais de fonctionnement des magasins d’optique, estimé à 275 euros. La marge nette, de 28€, s’établit à environ 10%.

Pas de concurrence

"Ce n’est pas tant le profit des opticiens que nous condamnons, mais tout un système qui permet à un magasin de fonctionner même en ne vendant que 2,8 lunettes par jour et qui est rendu possible parce que le consommateur ne peut pas faire jouer la concurrence, a précisé Alain Bazot, président de l’UFC-Que Choisir, lors d’une conférence de presse téléphonique. Et le paradoxe est que plus il y a de magasins, et plus les lunettes sont chères, contrairement à ce qu’on pourrait croire".

Chère deuxième paire

Quelques 3.300 magasins en plus ont fleuri depuis 10 ans, "il y en a à chaque coin de rue comme des agences immobilières il y a quelque temps. C’est bien parce qu’il y a des marges à se faire". Cette multiplication des magasins aboutirait à un surcoût de 510 millions d’euros.Il dénonce également le montant des dépenses marketing, qu’il évalue à 580 millions d’euros, soit "60 euros par paire vendue". Et il considère que la pratique des "secondes paires gratuites", coûte finalement 120 millions d’euros par an au consommateur.

Réseaux de soins

Alain Bazot préconise pour réguler le marché de déverrouiller la loi interdisant aux mutuelles de créer des réseaux de soins, comme peuvent déjà le faire les assureurs, "à condition qu’ils soient encadrés et que le consommateur puisse continuer à choisir son opticien". Mais il rechigne à accuser les mutuelles de jouer aussi le jeu des lunettes chères, le remboursement qu’elles proposent permettant pourtant d’accéder à des produits plus coûteux qui font flamber les cotisations. "On l’a déjà dit, mais il faut sérier les problèmes". Pour lui, le principal problème vient du coût de distribution. Pas le coût de cotisation! Il est vrai que ce n’était pas le sujet de l’étude…

1 commentaire

Thie30

29/04/2013 13h38 - Thie30

Mr à Bazot doit être sponsorisé par les mutuelles pour faire un reportage aussi ridicule et dénué de tout fondements, et d analyse approfondie du commerce. Je suis impatient de voir un reportage sur les fameuses mutuelles qui veulent mettre en place les réseaux de soins, qui en fait ne sont que le moyen de faire baisser les remboursements sans diminuer les cotisations.
Je suis impatient de voir l étude sur ce sujet de l ufc....

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Email obligatoire

Email incorrect

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter