Alain-Dominique Faure, président d’iglo france

|

INTERVIEW La marque Iglo, qui appartient au groupe britannique Birds Eye, s’est relancée sur le marché français en 2010. Depuis, la croissance est fulgurante. Et le président de la branche française, Alain-Dominique Faure, affiche des ambitions de taille pour les prochaines années.

LSA - Quatre ans après le « relancement » d’Iglo en France, quelle est la situation de la marque

Alain-Dominique Faure - Nous avons, en effet, opéré un retour en 2010 et, depuis, nous ne cessons de gagner des parts de marché. Nous enregistrons la croissance la plus importante du marché (+ 6,7%) sur la catégorie sur laquelle nous opérons, alors que les surgelés salés reculent de 1,6% en 2013, en raison, entre autres, du horsegate. En effet, l’année a été complexe avec la guerre des prix menée par les distributeurs, qui a conduit à des baisses de tarifs en magasins pouvant aller jusqu’à - 3,1% pour certaines grandes marques nationales. Ainsi, dans cet univers compliqué, nous sommes plutôt satisfaits de notre performance.

LSA - L’affaire du horsegate a-t-elle eu des conséquences pour la marque

A.-D. F. - Des conséquences, oui ! Mais positives ! Le marché des plats cuisinés surgelés a reculé de 7,7%, et de 54% pour celui à base de pâtes, comme les lasagnes (CAM à fin décembre 2013, selon Nielsen). Ainsi, pour relancer la croissance de la catégorie, nous lançons en France, en Allemagne et en Autriche une gamme de pâtes fraîches surgelées, déjà présente en Italie. Elle sera composée de quatre références (Cappellacci alla siciliana, Gnocchi al gorgonzola, Fettucine ai funghi, Tonnarelli gamberie e zucchine).

Par ailleurs, nous allons en profiter pour activer fortement le segment de la volaille, qui enregistre plus de 8,9% de croissance. Notre pôle fonctionne déjà bien (+ 1,7% pour la volaille Iglo), et nous souhaitons ainsi passer de 60 000 € à 150 000 € de chiffre d’affaires en 2014 sur cette catégorie grâce à des innovations.

LSA - Le groupe Iglo a réorganisé son management en 2013. Quels vont être les nouveaux objectifs de cette gouvernance

A.-D. F. - En mai 2013, le groupe Iglo s’est doté d’un nouveau CEO, Elio Leoni Sceti, qui a succédé à Erhard Schoewel. Iglo s’est ainsi fixé plusieurs objectifs : renforcer sa stratégie marketing et accroître la présence de la marque sur le digital. Dans ce cadre, Luca Miggiano a pris, en janvier 2014, la direction marketing du groupe. Sa nomination s’est accompagnée de deux créations de poste : François Nicolas, à la direction des ventes numériques, et Jerry Daykin, à la direction marketing digital.

LSA - Quelles sont les perspectives du groupe à court terme

A.-D. F. - L’idée est d’arriver à une croissance à deux chiffres pour Iglo monde en 2014, avec l’objectif d’atteindre 3 milliards d’euros de chiffre d’affaires à l’horizon 2020, soit une multiplication par deux. Aujourd’hui, la France est encore un petit pays dans le portefeuille du groupe. Nous réalisons 50 millions d’euros de chiffre d’affaires, mais nous souhaitons arriver à 150 millions à court terme. Je veux que la marque devienne le leader du surgelé salé en France, et qu’elle soit la locomotive de la croissance du groupe. 

à savoir

  • 2009 Alain-Dominique Faure prend la présidence d’Iglo France pour relancer la marque sur le marché français dés 2010
  • 3 Mrds € L’objectif de chiffre d’affaires d’Iglo monde à horizon 2020

Source : Iglo

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° HSFFFL2014

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous