Albert Mimran: "Il y a toujours trop de sel dans les aliments"

|

INTERVIEWAlbert Mimran est l'un des vingt membres fondateurs de l'association Groupe Salt - Sodium Alimentaire : limitons les taux.

LSA - Qu'est-ce qui a motivé la création de votre collectif ?

Albert Mimran - La consommation de sel en France est toujours excessive, il s'agit d'un problème de santé publique au même titre que l'obésité. En moyenne, nous en avalons 10 g par jour. 40 % des hommes ainsi que 20 % des femmes sont au-dessus de cette moyenne. Pourtant, notre consommation ne devrait pas excéder les 6 g par jour.

 

LSA - Quelles sont les conséquences d'une consommation excessive de ce produit ?

A. M. - La relation entre consommation de sel et pression artérielle est démontrée depuis longtemps. Elle se traduit par une modification de la morbidité, essentiellement cardiovasculaire. Dans la région de Porto, au Portugal, l'apport de ce produit dans l'alimentation est considérable. Et le nombre d'accidents vasculaires cérébraux est effroyable.

 

LSA - Pourquoi créer ce collectif actuellement ?

A. M. - L'Afssa nous avait interrogés, il y a cinq ou six ans, pour essayer de réfléchir à obtenir une baisse de la quantité de sel consommée, à 6 g par jour. Finalement, rien ne s'est passé, les lobbys ont été plus puissants. Actuellement, la salière n'apporte que 10 % des quantités de sel, le reste vient des aliments consommés, notamment le pain et la plupart des produits transformés par l'industrie agroalimentaire. Nous demandons qu'un travail soit fait pour réduire ces apports et mieux informer les consommateurs via un étiquetage du sel lisible.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2157

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous