Alexandre Bompard a touché la plus forte rémunération variable du SBF 120 en 2020

|

Avec 2,475 millions d'euros, le pdg de Carrefour a été le patron dont la part de rémunération variable a été la plus élevée l'an dernier parmi tous les dirigeants du SBF 120.

Alexandre Bompard, pdg de Carrefour depuis l'été 2017
Alexandre Bompard, pdg de Carrefour depuis l'été 2017© © Nicolas Gouhier/ Carrefour

Dans son dernier rapport annuel sur la rémunération 2020 des dirigeants, la société de conseil aux investisseurs Proxinvest indique que le pdg de Carrefour est le patron qui a touché le bonus annuel le plus élevé parmi les dirigeants du SBF 120 (indice regroupant les valeurs du CAC 40 ainsi que 80 autres entreprises) avec 2,475 millions d’euros. Le montant de cette part variable attribuée en 2020 a atteint 165% de la rémunération fixe (1,5 million d’euro).

Globalement, Proxinvest a observé une baisse de 14% de la rémunération totale moyenne des présidents exécutifs des 120 plus grandes sociétés cotées en France, "qui atteint 3,2 millions d’euros en 2020 et revient à ses niveaux de 2014-2015". Et cette baisse se ressent également au sein du sous-échantillon des très grandes entreprises françaises. Puisque "la rémunération totale moyenne des présidents exécutifs du CAC 40 (dont fait partie Carrefour, ndlr) baisse de 11% en 2020 pour atteindre 4,6 millions d’euros".

Une rémunération totale de 7,2 millions d'euros en 2020 pour le pdg de Carrefour

La crise sanitaire -qui a démarré en mars 2020- et son impact sur les résultats des entreprises et leurs salariés "ont incité les dirigeants à renoncer à une partie de leur rémunération fixe ou variable" souligne Proxinvest. En avril 2020, Alexandre Bompard avait pour sa part annoncé renoncer à 25% de sa rémunération fixe pour une période de deux mois correspondant à la phase aiguë de la crise (soit une baisse de 4,2% du salaire fixe annuel environ, selon nos calculs). En 2020, le total des rémunérations (fixe, variable, rémunération à long terme, etc.) touchées par le pdg de Carrefour s’est élevé à 7,195 millions d’euros, comme indiqué dans le rapport annuel du groupe (voir plus bas). Ces montants élevés restent largement inférieurs à ceux touchés en 2020 par le directeur général de Dassault Systèmes, Bernard Charlès (rémunération totale de 20,6 millions d’euros, en baisse de 17%), ou par Daniel Julien, pdg de Teleperformance (17 millions d’euros, +29%).

A titre de comparaison, les montants touchés en 2020 par Jean-Charles Naouri, pdg de Casino, étaient de plus de 950 000 euros. Dont 480 000 euros en salaire fixe, un montant auquel s’ajoutent 472 000 euros de part variable (soit 75,7% de la cible de 624 000 euros, la réalisation de plusieurs objectifs n’étant pas complète). Ce qui n’inclut pas les dividendes en tant qu’actionnaire de Casino et de ses nombreuses holdings. Enrique Martinez, directeur général de Fnac Darty, a lui touché une rémunération de 1,4 million en 2020 (dont 724 000 euros de rémunération fixe et 660 000 euros de rémunération variable), avec, de plus, une valorisation de 1,6 million d'euro pour les actions de performance attribuées au cours de l’exercice.

Extrait du rapport annuel 2020 de Carrefour  :

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter