Marchés

Alimentation des Français: Le rapport choc remis à la ministre

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

La ministre des Affaires sociales et de la Santé s’est vue remettre un rapport, "Proposition pour un nouvel élan de la politique nutritionnelle française de santé publique dans le cadre de la stratégie nationale de santé", qui recommande 15 mesures pour inciter les Français à manger mieux.

Le rapport préconise une taxe plus élevé sur les produits très caloriques
Le rapport préconise une taxe plus élevé sur les produits très caloriques

Les propositions du rapport remis le 28 janvier à la ministre des Affaires sociales et de la santé, Marisol Touraine sont frappantes ! Parmi elles: interdiction de publicité à la télévision dans la journée de 7h à 22h pour les produits très caloriques, interdiction de toutes publicités pour les compléments alimentaires, interdiction de certaines promotions en volumes sur des boissons sucrées par exemple… Des mesures de taille sachant que l'industrie agroalimentaire a pesé pour 11,7% des investissements publicitaires, tous médias confondus en 2012.

Bonnus-malus

Par ailleurs, autre mesure développée par l’auteur de ce rapport, le professeur Serge Hercberg, spécialiste de la nutrition (Inserm): la mise en place d’un système de bonus-malus de TVA sur les produits alimentaires. Il s'agit d'établir un score nutritionnel global, du moins favorable au plus favorable. Par exemple le muesli nature, les fruits et légumes ou le pain complet bénéficieraient d’une réduction de TVA. En revanche, les chips les plus grasses et les plus salées, les pâtes à tartiner auraient une taxe plus élevée. "Toute amélioration que ferait l'industrie réduirait la taxe", explique le professeur. Mais avant de mettre en place un tel barème, il faudrait déjà savoir ou se place la barre d’un produit calorique ou non ! Ce système unique et simple de logo et de couleurs sur la face avant des emballages des aliments, sur les rayons (fruits légumes) ou dans les magasins devrait permettre aux consommateurs de s'y retrouver facilement pour mieux équilibrer leur alimentation.

Déjà, depuis 2001, avec le Programme national nutrition santé (PNNS), les industriels ont travaillé pour élaborer des recettes avec entre autres, la baisse du taux de sel ou de sucre.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA