Alipay, tout sur le champion chinois du m-paiement

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Le smartphone fait partie intégrante de notre quotidien, mais la France reste encore très en retard par rapport aux usages que l’on en fait en Chine. En effet, Alipay, le moyen de paiement favori des Chinois, est bien plus qu’un simple portefeuille électronique. 

Avec Alipay, tout est "customer centric, online et offline, jamais séquencé et cassé, tout est intégré", détaille Emmanuelle Paille, du cabinet Equancy.
Avec Alipay, tout est "customer centric, online et offline, jamais séquencé et cassé, tout est intégré", détaille Emmanuelle Paille, du cabinet Equancy.© Equancy
« L’usage du mobile s’est nettement diversifié, avec une technologie mature, mais on est encore loin d’avoir atteint tout le potentiel des usages mobiles en France, explique Emmanuelle Paille, Directrice du Digital d’Equancy, société de conseil et d'innovation spécialisée en marketing et communication. Sans devenir « mobile only », il est essentiel pour les distributeurs de bien prendre en compte la spécificité de cet appareil. On est parti sur des logiques de déclinaison des sites web classiques, en mode responsive design, mais cela ne suffit plus.» Et la directrice de rappeler que le trafic mobile a pris le pas sur le trafic web classique. 
 
En France, « le taux de paiement mobile atteint 30%, assure Gilles Brabant, Directeur Commercial France chez Ingenico ePayments, citant les derniers chiffres de la Fevad. Mais attention, il faut prendre recul sur ce chiffre, en tenant compte des services et de l’âge de la population. Un achat sur deezer ou un canapé ce n’est pas la même intention d’achat. »
 
La Chine : modèle le plus exacerbé dans l’usage du mobile
En Chine, tout se fait par le smartphone : paiement des courses et des factures, trouver un restaurant ouvert, louer un vélo, etc. En France, il est possible de faire toutes ces opérations, mais pas dans une seule application ! Il faut jongler entre les applications, rentrer presque systématiquement un identifiant et un mot de passe, qui doit contenir lettres, chiffres, majuscules, caractères spéciaux… la règle varie d’une application à l’autre ce qui ne facilite pas les usages au quotidien.
 
 
En Chine, tout est rassemblé dans les applications type Alipay et Wechat. « Lors du Single’s day organisé par Alibaba, qui a généré un chiffre d’affaires de 120 milliards de yens en 24 heures, 84% des ventes se sont faites par mobile, détaille Morgan Bonnard,Vice President Exécutif Global, responsable APAC. Plusieurs raisons expliquent cet usage intense. L’urbanisation galopante a séparé les familles et amis, et les chinois utilisent le mobile pour reprendre contact et obtenir des recommandations de son entourage. Par ailleurs, la Chine s’est construite il y  40 ans, avec un manque de structures et le digital vient pallier ce manque. Le coût d’un mobile se révèle aussi très faible, avoir un smartphone dernière génération ne coûte que 10 euros avec un accès facile et rapide au web. Enfin, le gouvernement chinois pousse le digital et favorise une intégration du mobile. »
 
Alipay, 69,9% des parts de marché du paiement mobile
Alipay est utilisé par 400 millions d’utilisateurs actifs en Chine pour 175 millions de transactions par jour. Alipay est donc incontournable, et ses usages se révèlent très variés…voire un peu angoissant pour nous autres Européens attachés à la protection des donnés.  Jugez vous-même, voici le détail des fonctionnalités :
 
1- M-Paiement :
Alipay propose du paiement mobile en générant un QR code, le commerçant scannant alors le QR Code pour valider le paiement. Idem les consommateurs peuvent scanner des QR Code pour obtenir un produit dans un distributeur automatique. Le portefeuille électronique permet également de réaliser du paiement entre particuliers.
 
2 – Vie pratique :
Dans Alipay, les Chinois peuvent aussi payer leurs factures d’eau, d’électricité, ou leur loyer. L’administration s’est complétement intégré dans l’application. Les enseignes elles aussi ont développé des applications spécifiques pour être intégrées dans Alipay, en plus de leur application autonome. Par ailleurs, il est possible toujours via le portefeuille électronique de demander un conseil légal, et ce 24h sur 24 et 7 jours sur 7. Restaurant, bar ou autres loisirs sont aussi réservables en quelques clics via Alipay. Et comme les applications sont hébergées sur le cloud, leurs performances seront meilleures que via une solution stockée locale sur le mobile. 
 
3- Smart City : 
Il n’y a pas que le consommateur qui est connecté, la ville également. Par conséquent, les Chinois peuvent capter via leur smartphone et Alipay de nombreuses informations pratiques comme savoir où trouver des places de parking aux alentours, où faire réparer son véhicule et prendre directement contact avec le réparateur, ou encore suivre le montant des cotisations médicales réglées via les services du gouvernement, tout comme contacter un médecin et échanger des documents avec lui de façon très confidentielle.
 
L’application devient également une marketplace qui promeut le commerce de proximité. Dans les grandes villes, où les immeubles comportent de nombreux étages et logement, My Compound vient en aide aux habitants. Ainsi, cette interface connecte les commerçants de proximité avec les buildings. « Quand on habite dans une grande tour, on ne boit pas l’eau du robinet, explique Morgan Bonnard, on commande de l’eau via ce système de building management. Autre exemple, mon marchand de fruits et légumes utilise la plateforme alipay pour communiquer avec moi. Si j’ai besoin de clémentines, je commande via alipay et il vient me livrer. »
 
4 – Sesame, le scoring social
Alipay a reçu, au même titre que Wechat, l’autorisation du gouvernement pour établir par utilisateurs un chiffre Sesame, soit un score social. Autrement dit, via des algorithmes, l’application vous donnera un score allant jusqu’à 950 qui juge si le « citoyen » se comporte bien. « Alipay va calculer votre salaire, examiner vos fréquentations vérifiant si vos amis ont fait de la prison, définir vos habitudes de consommation, explique le responsable d’Equancy. Ce score donnera des avantages si celui-ci est bon. Par exemple, pour voyager il faut demander au gouvernement un visa. Un Sesame élevé favorisera son obtention. »
 
« Il est impossible de faire un copier-coller en europe, mais cela inspirera le futur, commente Emmanuelle Paille. En effet, tout est customer centric, online et offline, jamais séquencé et cassé, tout est intégré. »

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA