Alliances méphistophéliques

|

Pour créer de la valeur ajoutée et apporter à leur marque plus d'originalité que les autres en sortant des sentiers battus, les industriels et les distributeurs n'hésitent pas à braver les usages pour ces gammes éphémères. À un ingrédient incontournable, parce que symbolique des réveillons, ils en ajoutent un ou plusieurs autres, dont la combinaison transforme l'ordinaire en un mets atypique. Exemples avec l'immanquable bûche de Noël que l'on modernise en adjoignant une lampée de bière, les truffes qui épousent du caramel au sel, ou une volaille agrémentée de saveurs étonnantes. L'astuce est de rassurer les consommateurs tout en les surprenant. Car ces derniers peuvent être quelque peu lassés des sempiternelles dindes aux marrons et autres classiques de fête. Il suffit d'imaginer - ou de reproduire - des associations telles que pourraient les inventer de grands chefs de la gastronomie.

« Les menus de fête seront à 80 % classiques, mais il y aura quand même 20 % d'ingrédients inhabituels, car les consommateurs ont besoin d'échapper au quotidien et à ce retour de l'ordre moral qu'ils vivent comme une punition. »

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2153

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message