Amazon, candidat au rachat d'American Apparel ?

|

En faillite, la marque-enseigne spécialisée dans le prêt-à-porter serait dans le viseur d’Amazon qui, s’il parvient à mettre la main dessus, pourrait bien connaitre un nouvel essor dans l’univers de la mode, et dans le même temps, pourrait redorer son blason auprès du président-élu Donald Trump.

Jeff Bezos, fondateur d'Amazon
Jeff Bezos, fondateur d'Amazon

Deux sérieux prétendants au rachat de la marque en faillite American Apparel. D’une part le géant du e-commerce américain Amazon, et d’autre part l’enseigne Forever 21, figureraient parmi les candidats au rachat de la célèbre marque (re)connue pour fabriquer ses vêtements au Etats-Unis, mais aussi pour être l’une des entreprises de mode américaine la plus couteuse en termes de main d’œuvre. Les autres firmes intéressées par l’acquisition sont la marque Next Level Apparel et Authentic Brands Group. Pour l’heure, aucune de ces entreprises n’a souhaité faire de commentaires sur le sujet.

Quoi qu’il en soit, ces acteurs de la mode font face à la société canadienne Gildan Activewear, qui a déjà déposé une offre au mois de novembre dernier auprès d’American Apparel, pour 66 millions de dollars, sans la reprise des quelques 110 points de vente de l’enseigne. Tout nouvel intéressé se verra donc forcé de réaliser une offre supérieure à ce montant.

Un rachat a l'indéniable dimension politique

Si Amazon parvenait à mettre la main sur American Apparel, ce serait pour l’e-marchand une manière très habile d’avancer ses pions dans l’univers de la mode, où il a déjà bien commencé à se développer notamment avec des marques propres, mais sans véritablement inquiéter les grandes marques bien implantées de la mode aux Etats-Unis, du moins jusqu'à présent. Car les initiatives d'Amazon dans l'univers de la mode pourrait bien marquer un virage pour cette industrie en 2017, et notamment du côté des distributeurs. En effet, selon un rapport du cabinet Cowen publié en octobre 2016, l'e-commerçant est en train de devenir un acteur majeur de la vente de vêtements et d'accessoires, avec un taux de croissance de ses ventes d'habillement estimé à 30% pour l'année 2017, et un chiffre d'affaires pouvant atteindre jusqu'à 28 milliards de dollars (26 milliards d'euros) cette année.

En outre, ce serait l’occasion pour la firme de Seattle d’acquérir une entreprise qui a fait du « Made in USA », sa marque de fabrique. Or, on le sait bien, depuis l’accession de Donald Trump à la présidence du pays de l’Oncle Sam, sauvegarder ou conserver les emplois aux Etats-Unis est devenu un levier politique des plus importants, ce qui pourrait jouer en la faveur d’Amazon au regard de la relation des plus tumultueuses que son fondateur Jeff Bezos, entretient depuis près d'un an avec le président-élu, Donald Trump.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nos formations

X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message