Amazon condamné à limiter son activité sur l'alimentaire, l'hygiène et le médical

|

Pointé du doigt depuis le début du confinement, le géant de l'e-commerce a été condamné, mardi 14 avril 2020, par le tribunal administratif de Nanterre. La juridiction ordonne à Amazon France de limiter son activité aux produits essentiels. La restriction est applicable dans les 24 heures et pour un mois.  

Amazon condamné à limiter son activité sur l'alimentaire, l'hygiène et le médical
Amazon condamné à limiter son activité sur l'alimentaire, l'hygiène et le médical© CC / LSA

Coup de semonce pour Amazon. Dans le collimateur des pouvoirs publics et des syndicats pour potentiellement mettre en danger les employés de ses entrepôts, le géant du commerce en ligne se voit condamner par la justice. Le tribunal administratif de Nanterre ordonne, mardi 14 avril 2020, au marchand en ligne de restreindre son activité aux produits essentiels. À savoir, "aux seules activités de réception des marchandises, de préparation et d'expédition des commandes de produits alimentaires, d'hygiène et médicaux, sous astreinte d'un million d'euros par jour de retard et par infraction constatée", suivant le jugement que s'est procuré l'AFP. Cette restriction est applicable dans les 24 heures et pour un mois sur les 6 entrepôts d'Amazon en France.

La juridiction ordonne également à Amazon France d'établir une évaluation des risques relative à l'épidémie de coronavirus pour l'ensemble de ses entrepôts dans l'Hexagone. En outre, l'e-commerçant devra obligatoirement associer les représentants du personnel à l'évaluation des risques. Le tribunal a jugé qu'Amazon avait "de façon évidente méconnu son obligation de sécurité et de prévention de la santé des salariés".

Activité partielle forcée 

L'affaire a été portée devant la justice par SUD, premier syndicat dans l'entreprise. L'audience, initialement programmée jeudi 9 avril, a eu lieu vendredi 10 avril, en présence des parties. La décision a été mise en délibéré jusqu'à ce mardi. Enfin, la juridiction a écarté la demande "à titre principal" déposée par le syndicat d'arrêter totalement l'activité des entrepôts au motif qu'ils rassemblent plus de 100 salariés en un lieu clos.

Le géant du commerce en ligne se trouvait aussi dans la ligne de mire du gouvernement. Le ministère du travail a notifié, vendredi 3 avril 2020, à Amazon de mieux protéger les salariés de quatre de ses 6 entrepôts logistiques, face à l'épidémie de coronavirus. Le premier établissement visé par cette injonction se trouve à Lauwin-Planque (Nord). Trois autres entrepôts étaient aussi concernés: le méga entrepôt de Brétigny-sur-Orge (Essonne), mais aussi les centres de  Saran (Loiret) –où l'ancienne directrice a remis sa démission le 24 mars dernier-  et de Sevrey (Saône-et-Loire).

Amazon va devoir donc concentrer ses efforts sur les produits essentiels. Notamment sur les segments des PGC et l'alimentaire où le géant connaît la plus forte croissance d'après le panel EKomerce de Kantar. Selon ce panel, le chiffre d'affaires d'Amazon en 2019 a tutoyé les 7 milliards (voir graph plus bas), dont plus de la moitié réalisés avec des produits de la market place.

 

 

 

 

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nos formations

X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message