Services & Livraison

Amazon envisage de suspendre son activité en France

|

Suite à l'ordonnance du tribunal de Nanterre, l'obligeant à restreindre ses ventes aux produits essentiels, Amazon envisage, dans un communiqué publié mercredi 15 avril 2020, de suspendre son activité en France. L'entreprise entend aussi faire appel de la décision de justice.  

 Amazon envisage, dans un communiqué publié mercredi 15 avril 2020, d'arrêter temporairement son activité en France. L'entreprise entend faire appel de la décision de justice.
Amazon envisage, dans un communiqué publié mercredi 15 avril 2020, d'arrêter temporairement son activité en France. L'entreprise entend faire appel de la décision de justice.© Adrian Hancu - Banque d'images 123RF

Intox ou intention réelle ? Amazon n'écarte pas l'hypothèse de suspendre son activité dans l'Hexagone. Après la condamnation, mardi 14 avril 2020, du tribunal judiciaire de Nanterre l'obligeant à restreindre ses ventes aux produits essentiels et de procéder à une évaluation des risques pour les salariés de ses entrepôts face au covid-19, le numéro un mondial du commerce en ligne réagit dans un communiqué, paru mercredi 15 avril 2020 : "Nous étudions les conséquences de cette décision et les options disponibles, et nous pensons faire appel. Cependant, notre interprétation suggère que nous pourrions être contraints de suspendre l’activité de nos centres de distribution en France."

En outre, l'entreprise se déclare dubitative au regard de  l'ordonnance : "la décision rendue hier par le tribunal judicaire de Nanterre nous laisse perplexes compte tenu des preuves concrètes qui ont été apportées sur les mesures de sécurité mises en place pour protéger nos employés. Celles-ci comprennent notamment des contrôles de température, la distribution de masques et une distanciation sociale renforcée et ont reçu l’approbation d’experts de santé et de sécurité qui ont visité plusieurs de nos sites" , spécifie le document.

Maintien du service

Pour l'heure, Amazon précise continuer à opérer et mettre tous les moyens nécessaires pour maintenir ses services en France, durant cette période de confinement. Tout en nuançant le propos : "sans la possibilité d'exploiter nos centres de distribution en France, nous serions contraints de restreindre un service qui est devenu essentiel pour les millions de personnes à travers le pays qui souhaitent avoir accès aux produits dont elles ont besoin chez elles pendant cette crise."

Le géant du commerce en ligne s'est vu hier sommé de restreindre son activité aux produits essentiels. À savoir, "aux seules activités de réception des marchandises, de préparation et d'expédition des commandes de produits alimentaires, d'hygiène et médicaux, sous astreinte d'un million d'euros par jour de retard et par infraction constatée", suivant l'ordonnance. Cette restriction est applicable dans les 24 heures et pour un mois sur les 6 entrepôts d'Amazon en France. Le tribunal de Nanterre a aussi ordonné à Amazon France d'établir une évaluation des risques relative à l'épidémie de coronavirus pour l'ensemble de ses entrepôts dans l'Hexagone. En outre, l'e-commerçant devra obligatoirement associer les représentants du personnel à l'évaluation des risques. Le tribunal a jugé qu'Amazon avait "de façon évidente méconnu son obligation de sécurité et de prévention de la santé des salariés".

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message