Amazon perd 10% de ses ventes dans les états qui le taxent

|

Amazon doit faire face à une évolution de la législation fiscale aux Etats-Unis où certains états lui imposent une taxe, de la même nature que celle appliquée au commerce physique. Et selon une étude menée par les chercheurs de l’université d’Ohio State, dans ce cas précis, les ménages ont réduit de 10% leurs achats sur le site fondé par Jeff Bezos.

La page d'achat d'un article lorsque la taxe est appliquée.
La page d'achat d'un article lorsque la taxe est appliquée.

-10%. Ce chiffre négatif n’est pas courant dans la lecture des résultats d’Amazon… Pourtant, selon les chercheurs américains d’Ohio State University, les ménages qui consomment sur Amazon ont réduit leurs achats de 10% dans les états qui ont introduit une taxe fédérale, comme c’est le cas pour le commerce physique.

Si ce n’est pas la première étude qui analyse l’impact de l’introduction de ces taxes appliquées au géant de Seattle, c’est en revanche la première fois que des chercheurs arrivent à prouver un réel impact négatif. Leur étude porte sur 245.000 foyers américains qui ont dépensé au moins 100 dollars lors du premier semestre 2012, et qui sont restés actifs jusqu’à la fin de 2013. Environ un tiers de ses foyers vivaient en Californie, dans le New Jersey, en Pennsylvanie, au Texas et en Virginie, des états qui ont tous introduit cette taxe durant cette période.

Ceux qui en profitent

Si Ty Rogers, un porte-parole d’Amazon, préfère souligner que "Amazon offre les meilleurs prix avec ou sans cette taxe, comme les chercheurs l’ont relevé", d’autres enseignes bénéficient de l’introduction de cette taxe. Les magasins physiques tout d’abord dont les achats ont bondi de 2% dans les états concernés, tandis que les concurrents d’Amazon ont observé une explosion de leurs ventes de 20%, selon cette étude. Mais ce sont finalement les marchands tiers d’Amazon, ceux qui vendent via sa place de marché, qui bénéficient de la plus forte progression avec +61%. En effet, ces marchands, même s’ils vendent via la plateforme, ne sont pas soumis à la taxe en raison de leur taille moins importante. Les chercheurs ne prennent pas en compte, en revanche, le fait que le nombre de ces vendeurs progresse également très fortement, entrainant une hausse mécanique de leurs ventes.

Amazon collecte cette taxe sur ses ventes dans 20 états désormais, et l’enjeu devient national pour le champion mondial de l’e-commerce. Les états sont soumis à une baisse de leurs revenus et doivent trouver des moyens de renflouer les caisses, ce qui en pousse certains, comme la Floride, à rejoindre les 20 pionniers en la matière. A l’échelle nationale, l’agence Reuters estime que l’ensemble des états américains perdent environ 23 milliards de dollars par an en ne collectant pas de taxe auprès des e-commerçants.

Cette annonce est d’autant plus importante à étudier depuis l’Europe qui prépare l’introduction d’une taxe pour les e-commerçants.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nos formations

X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message