Amazon pourrait ouvrir des magasins de produits frais

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

La firme de Seattle spécialisée dans le commerce en ligne travaillerait à l’ouverture de points de vente physiques de petite taille aux Etats-Unis. Ils seraient destinés à la vente de produits frais, et réservés aux membres de son programme « Fresh », selon une information du Wall Street Journal.

Les boutiques seraient réservées aux abonnés d’Amazon "Fresh"
Les boutiques seraient réservées aux abonnés d’Amazon "Fresh"© Amazon

Tout est parti d’une information du très sérieux Wall Street Journal. Le géant du commerce en ligne Amazon aurait pour souhait d’ouvrir aux Etats-Unis ses propres magasins dédiés à l’alimentaires. Plutôt sur un modèle d’épiceries de petites tailles, ces points de vente pourraient commercialiser des produits laitiers, de la viande, et d’autres produits périssables, le tout, réservés aux abonnés d’Amazon "Fresh". Les clients auraient par ailleurs la possibilité de commander sur leurs mobiles ou via des écrans tactiles installés en magasins, avec une livraison à domicile dans la journée.

Il s’agirait donc d’une forme d’extension physique à son programme "Fresh", qui est disponible dans quelques villes américaines pour 15 dollars par mois en plus de la somme annuelle de 99 dollars qui correspond au montant que doivent débourser les clients du site abonnés au programme "Prime" (équivalent du « Premium » français).

Vers la mise en place de drives ?

En outre, l’e-marchand travaillerait sur la possibilité de créer des drives dédiés, à partir desquels leurs clients "Fresh" pourraient retirer leurs articles commandés en ligne. Ceci rejoindrait une autre rumeur provenant cette fois du magazine Geekwire et remontant au mois d’aout dernier, selon laquelle Amazon serait en train de construire une épicerie à Seattle. Le site d’information avait en effet découvert un permis de construire et de rénovation d’un bâtiment situé dans le quartier Ballard, et qui pourrait accueillir une "épicerie" de près de 1 000 m². Il s’agirait d’un point de retrait pour les marchandises commandées en ligne, qualifié selon les documents consultés par Geekwire d’un "nouveau modèle d’épicerie", baptisé "Projet X".

Interrogé sur le sujet, Amazon a déclaré ne pas vouloir commenter "les rumeurs et les spéculations". L’information est donc à prendre avec des pincettes, d’autant qu’au mois de février 2016, le Wall Street Journal qui rapportait les propos de Sandeep Mathrani, le CEO des centres commerciaux General Growth Properties, avait annoncé qu’Amazon envisageait d’ouvrir 400 boutiques physiques aux Etats-Unis. Avant de se rétracter et d’expliquer à la chaine de télévision CNBC qu’il s’agissant d’un commentaire et qu’il "ne visait pas à refléter les plans de l’entreprise".

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.
X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA