André : encore 80 boutiques à vendre

L'enseigne de chaussures de Groupe André devrait avoir cédé 130 boutiques en février 2002. Date à laquelle, elle aurait aussi bouclé la rénovation d'autant de magasins.

André a cédé 30 de ses 230 magasins. L'enseigne de chaussures de Groupe André, qui a confié un mandat au cabinet The Retail Consulting Group pour la cession d'une centaine de ses magasins, a vendu 19 emplacements à Yves Rocher. Auxquels s'ajoutent onze autres unités cédées à deux enseignes du groupe : 6 deviendront des Caroll et 5 des San Marina. D'ici à la fin 2001, André espère vendre encore cent magasins. Vingt seulement alimenteraient le développement d'enseignes du groupe : 8 seraient transformés en Caroll, 8 en San Marina, 3 en Kookaï et 1 en Halle Chaussures. Les 80 restants iraient à l'extérieur du groupe.

Financer la rénovation des magasins

Ces cessions, indique Philippe Cardon, PDG de la chaîne André, vont permettre de financer la rénovation des magasins, dont le coût d'aménagement est de l'ordre de 1 067 EUR/m2 (LSA n° 1706). « Les résultats des points de vente transformés sont très bons », observe-t-il, surpris par le succès des accessoires de mode.

Aujourd'hui, une quinzaine ont été refaits conformément au nouveau concept, testé à Rosny 2 par exemple. « Dans certains, précise Philippe Cardon, nous avons mis en place une version plus populaire du nouveau concept André. Notamment dans les unités des centres de Lyon La Part-Dieu et de Parinor, qui proposent davantage de produits à la vente. » D'ici à septembre 2001, la chaîne aura rénové environ 35 autres unités. L'été sera consacré à l'aménagement de plusieurs boutiques parisiennes. Dans des emplacements phares, ou sur des surfaces jugées trop petites, le groupe installerait une troisième version plus boutique, qui prendrait l'enseigne André Boutique. Seuls les chaussures pour femmes et les accessoires y seraient vendus.

Philippe Cardon, à qui Georges Plassat, PDG de Groupe André, a « donné dix-huit mois pour rénover l'ensemble du parc », admet avoir pris du retard, un contre-temps qu'il impute aux contraintes administratives liées aux chantiers de centre-ville. Mais il pense boucler le lifting d'André d'ici à février 2002. Une opération à mener de front avec le plan social de la chaîne concernant 400 personnes.
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1718

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous