André organise sa mutation

|

L’enseigne du groupe Vivarte, qui jouit d’une forte notoriété, s’appuie sur ce socle pour engager son renouveau. À la clé, une nouvelle présentation des collections et une ouverture plus large à la chaussure pour homme et aux accessoires.

André, la belle endormie, entend revenir jouer les premiers rôles. L’enseigne a, pour cela, de belles cartes en main. À commencer par son histoire, qui est d’amour, avec les Français. La marque est forte, centenaire, et solidement implantée avec une notoriété, spontanée, propre à faire pâlir d’envie n’importe quel concurrent.

182 m²

La surface de vente du flagship parisien de Paris-Victor Hugo

- 3,2%

L’évolution des ventes d’André en 2012-2013

280

Le nombre de magasins André

Source : Vivarte

Mais, si c’est une base formidable sur laquelle s’appuyer, ce n’est pas forcément synonyme de ­succès à coup sûr. André, pour l’exercice 2012-2013 du groupe Vivarte, auquel l’enseigne ap­partient, a enregistré des ventes en baisse de 3,2%.

La griffe doit donc se « réinventer ». Et s’y attelle, avec un nouveau concept conçu avec l’agence Carré noir. L’architecture Complè­tement revue, de même que le mobilier et l’éclairage.

Jeu de transparence

En mural, initiée dans le flagship de Paris-Victor Hugo, dans le très chic XVIe arrondissement, s’installe une bibliothèque murale avec les principales pièces exposées. Tandis qu’en central figure un « catwalk »… Un quoi Un podium, tout en longueur, pour présenter les nouvelles collections. Au fond, mais visible par un jeu de transparence, l’arrière-boutique avec les réserves, et les bonnes vieilles boîtes à chaussures entreposées.

L’impression visuelle Celle d’une montée en gamme réussie. Après le magasin parisien de Victor Hugo puis ceux des centres d’Aéroville et de Beaugrenelle, une vingtaine de points de vente, sur les 280 de l’enseigne, seront déjà à ces nouvelles couleurs à la fin du mois de mars 2014.

Mais André ne s’arrête pas au décorum, heureusement. L’enseigne revoit son offre également. Elle qui, aujourd’hui, voit 80% de ses ventes venir de l’offre pour femme, a pour ambition de développer l’offre masculine, de même qu’elle souhaite s’ouvrir plus largement aux accessoires et à la maroquinerie : une gamme de maroquinerie en cuir, appelée « 1900 », pour rappeler les origines lointaines de l’enseigne, viendra d’ailleurs fleurir en magasins dès le mois de septembre 2013. 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2309

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

Nos formations