Animalis invente les « manèges » à animaux

Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Chez Animalis, chiens, chats, rongeurs ou oiseaux sont exposés au coeur de leurs univers respectifs. Un souhait des clients, consultés avant l'élaboration du concept. Découverte du premier magasin et de ses drôles de « manèges », à Orgeval.

« L'animalerie, avec ses cages qui puent, c'est du passé », proteste Patrick Rougeon, directeur général d'exploitation d'Animalis. La nouvelle enseigne, développée par Centrapa, en synergie avec Truffaut (groupe Cora), vient d'ouvrir à Orgeval le « plus grand espace d'Ile-de-France consacré aux animaux de compagnie ». En misant sur une offre très large.

Avec quelque 40 millions d'animaux domestiques, la France bat le record mondial. Le marché, estimé entre 25 et 30 milliards de francs, est gigantesque et le seul segment des aliments est détenu à environ 80 % par les grandes surfaces alimentaires. Le reste se partage entre les animaleries, les jardineries, les magasins de bricolage, les libres-services agricoles et les indépendants.

Mais malgré ce potentiel, aucune enseigne d'animaleries (Mille Amis, Amiland, Zoo Market, Pet Land) n'a réussi à développer un réseau d'envergure nationale. Essentiellement pour des questions de rentabilité, dues aux difficultés de gestion du « vivant ». Pour y parvenir, Animalis compte bénéficier de la longue expérience de Truffaut, un atout majeur quand on sait que le rayon des animaux représente plus de 20 % du chiffre d'affaires total des jardineries de l'enseigne. Patrick Rougeon veut développer « des surfaces hyperspécialisées », complémentaires mais non concurrentes de Truffaut : « Il s'agit de créer un maillage entre les jardineries et les animaleries. » Dans un premier temps, l'enseigne se développera en Ile-de-France, avec une seconde ouverture dès décembre à Eragny.

« Animalis n'est pas une animalerie au sens classique du terme », prévient Jean-Philippe Darnault, directeur général du marketing. Chiens, chats, oiseaux ou rongeurs sont exposés au coeur de leurs univers respectifs. « Chez nous, tout tourne autour de l'animal, au propre comme au figuré, explique-t-il. L'idée des kiosques vient des clients, ce magasin a été fait par eux. » Des dizaines de consommateurs, possesseurs ou non d'animaux, ont participé à des tables rondes. « Nous leur avons demandé de nous raconter le magasin de leurs rêves. » Ils avaient aussi souhaité un décor évoquant l'eau et la nature. L'enseigne leur a donné satisfaction, en installant à l'entrée une falaise et sa cascade.

Le premier service : le respect des animaux

Les installations répondent aux meilleures conditions de confort, d'hygiène et de sécurité. Les kiosques, dont l'agencement est adapté à chaque famille, ont été fabriqués sur mesure. Ils rappellent les Manège à Bijoux de Leclerc. Certes, ils n'ont pas le même usage, mais le principe est identique : ils créent de véritables pôles de curiosité et donc d'animation au sein des rayons.

Le choix (7 000 références) autant que les prix (au niveau du marché) sont à la hauteur des ambitions de l'enseigne. Les services semblent encore en rodage. Outre la livraison et les facilités de paiement, le magasin propose du toilettage, y compris en libre-service (60 F), mais aussi une trentaine de fiches conseils.

Mais le premier des services, insistent les responsables, c'est le respect les animaux : « Pas question de vendre n'importe quoi à n'importe qui et n'importe comment. Un temps de réflexion est demandé au client. Il n'y a jamais urgence à faire du chiffre d'affaires avec des animaux. »
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1599

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA