Anne Blois doit doper les ventes de Chamarré

|

Quelque 2,3 millions de cols vendus en 2007 et 6,6 millions prévus en 2008 pour un chiffre d'affaires prévisionnel de 16 M E. Pas de doute, la marque de vins Chamarré décolle littéralement. Du coup, son dirigeant, Pascal Renaudat, a aisément convaincu Anne Blois de rejoindre l'entreprise en tant que directrice commerciale. D'autant que, chez les Blois, la passion du vin est héréditaire. Son père travaillait dans une coopérative viticole, l'un de ses grands-pères était bouilleur de cru, l'autre soignait ses vignes en Loire-Atlantique.

D'ailleurs, sitôt son certificat de marketing de l'université de Los Angeles (Californie) en poche, elle entre chez Courvoisier, le cognac appartenant alors à Allied Domecq. Ce groupe britannique lui propose de venir à Londres où elle reste six ans au marketing. « Je voulais compléter ma formation par une expérience commerciale », se souvient cette femme de 42 ans. Elle revient alors en France pour exporter le chablis de J. Moreau et Fils, puis part chez Marie Brizard et, en 2001, chez Lurton. Là, elle ne se contente pas de commercialiser les vins français du groupe bordelais, mais aussi ses vins chiliens, argentins, espagnols... des élixirs très marketés, comme Chamarré. Cette marque signe déjà 17 vins allant des AOC à des vins mono, bi et tricépages.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2042

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous