Anne Sémonin veut développer son atelier de beauté en franchise

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Spécialiste des soins premium et principalement distribuée dans les spas haut de gamme, Anne Sémonin veut se faire connaître des Français en dupliquant son atelier de beauté parisien grâce à des concessions commerciales en province.

Anne Sémonin veut dupliquer son concept d'atelier de beauté via des concessions.
Anne Sémonin veut dupliquer son concept d'atelier de beauté via des concessions.© Anne Sémonin

Toute la franchise

Toute la franchise

Plus de 1800 concepts éprouvés vous attendent

créez votre entreprise

Née il y a un peu plus de 30 ans, Anne Sémonin s’est fait connaître dans le monde entier au travers des spas haut de gamme comme ceux des hôtels de luxe. Aujourd’hui, cette marque de soins premium compte quelque 220 points de vente au travers le monde et réalise 75% de son chiffre d’affaires (3 millions d’euros) à l’international. "Ces cinq dernières années, nous avons eu une croissance annuelle de l’ordre de 10%. Nous avons fait un peu moins bien en 2016 : seulement 9,2%", plaisante Aymeric Loloum, directeur général d’Anne Sémonin depuis novembre 2015. Mais si la marque française se développe très bien à l’étranger, en particulier en Russie, Thaïlande, Grèce et Moyen-Orient, elle est moins connue sur le territoire national. "En France, notre cœur de clientèle, les CSP+ de 45-50 ans, ne va pas forcément dans les spas des hôtels de luxe. D’ailleurs, à notre atelier de beauté parisien, notre clientèle est plus large que celle des palaces. Nos clientes viennent de toute l’Ile-de-France", explique Aymeric Loloum. D’où l’idée de faire connaître la marque en dupliquant le concept de l’atelier de beauté via des concessions commerciales.

"L’objectif est d’installer notre concept dans les grandes villes de Province. Nous ne cherchons pas à ouvrir 50 ateliers de beauté. Par exemple, si nous accordons une concession à Bordeaux, le franchisé aura une exclusivité territoriale sur toute la ville", confie Aymeric Loloum. Dans sa recherche de candidats, la société se fait accompagnée par le cabinet Framboise qui réalise une première sélection. "Nous sommes une société qui garde un esprit familial. Je réaliserai personnellement la formation du responsable de la concession sur la philosophie de la marque, le management, le développement marketing… tout ce qui ne concernent pas directement les soins et qui est indispensable au succès commercial", souligne Aymeric Loloum. Les formations des esthéticiennes aux protocoles de soins de la marque seront eux assurés par une des formatrices de la marque ainsi que par la responsable de l’atelier de beauté parisien de la marque. "Nous voulons accompagner les franchisés dans le recrutement des esthéticiennes car au-delà de la technique, la relation avec la cliente est primordiale. La fidélité à la marque vient souvent par la fidélité à la personne qui a réalisé le soin", insiste Aymeric Loloum. L’objectif du directeur général est l’ouverture d’une première concession pour le troisième trimestre 2017.

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.
Franchise explorer

Franchise explorer

L’expertise au service du secteur de la franchise

Toute l'actualité

Toute l'actualité des secteurs d'activité en franchise

X

Recevez chaque semaine l'actualité des réseaux de franchise de la grande distribution et de la restauration.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA