Boissons

Comment se porte le marché des boissons ? Quelles sont les nouveautés ? Eaux, sodas, jus, bières, liqueurs, alcools, vins et spiritueux... Retrouvez les dernières tendances du rayon Boissons.

Année contrastée pour les vins IGP

|

Les deux segments des vins à indication géographique protégée marquent un coup d'arrêt : ceux qui mentionnent un cépage progresse moins vite, tandis que les vins IGP standards ont tendance à se replier.

Le merlot, un cépage du rosé qui monteLes rosés sont surtout produits à partir du cépage cinsault. Cependant, grenache (+ 42 %) et merlot (+ 25,2 %) commencent à prendre le relais. Ici, le rosé 100 % merlot signé Roche Mazet.
Le merlot, un cépage du rosé qui monteLes rosés sont surtout produits à partir du cépage cinsault. Cependant, grenache (+ 42 %) et merlot (+ 25,2 %) commencent à prendre le relais. Ici, le rosé 100 % merlot signé Roche Mazet. © DR

Les années se suivent et ne se ressemblent pas. Les vins à indication géographique protégée (IGP) en sont l'exemple type. Jusqu'en 2011, tout allait bien pour cette catégorie, qui représente 28,8% des vins tranquilles vendus en GMS. Mais les ventes ont marqué un stop en 2011. En volume, elles ont abandonné 0,5%, à 274 millions de litres. En valeur, les ventes se tiennent un peu mieux, à 448 millions d'euros (+ 5,8%).

À cela, plusieurs raisons. Cet important marché est scindé en deux catégories bien distinctes, les vins IGP standards et les vins IGP avec mention de cépage. « Les IGP standards se replient sur la même tendance que l'année dernière, détaille Magali Dubeau, chef de groupe pôle vins et alcools chez SymphonyIRI. Ce sont les IGP avec mention de cépage qui expliquent le tassement des ventes. En effet, ils progressent moins fortement que l'an dernier, à + 2 % en volume [contre + 7%, voici un an, NDLR]. »

 

Féroce concurrence des VSIG

La cause : ce segment est confronté au développement de vins à prix plus bas : les vins sans indication géographique (VSIG) avec mention de cépage, ainsi que le développement des VSIG étrangers, le plus souvent en provenance d'Espagne, là aussi avec mention de cépage. Ainsi, le petit segment des VSIG cépages (41 575 hl, soit 0,4 % du marché du vin tranquille) a fait un bond de 341,9 % en 2011. Certainement en raison d'un prix au litre défiant toute concurrence, à 1,94 €, toujours en 2011. « Pour le moment, les VSIG ne disposaient pas vraiment de marques, remarque Magali Dubeau. Cependant, celles-ci vont se développer, ce qui devrait accélérer leurs ventes. »

La grande région des vins IGP ? Sans conteste, le Languedoc-Roussillon. « À fin 2011, les vins IGP pays d'Oc ont représenté 56,4 % des ventes de vins à IGP français », note-t-on à l'interprofession des vins de pays d'Oc. Ainsi, c'est dans son site industriel de Béziers (34) que le groupe Castel élabore et embouteille ses marques d'IGP (Roche Mazet, les Ormes de Cambras). Gérard Bertrand, autre acteur important de ces vins, avec les marques Autrement, L'Art de Vivre et Cigalus, est basé à Narbonne (11).

Certains viticulteurs de la région préfèrent d'ailleurs produire des vins IGP plutôt que des vins d'appellation, même s'ils en ont la possibilité. En effet, les vins IGP sont moins contraignants à produire.

 

Nectars recherchés

« Les vignes de Cigalus sont sur l'aire d'appellation de Corbières, rappelle souvent Gérard Bertrand. Mais le précédent propriétaire s'était fâché avec l'appellation, alors il a décidé de produire du vin de pays. Nous avons continué dans ce sens, cela nous permet de planter des cépages qui seraient interdits dans l'appellation Corbières. » Sur le prestigieux Domaine Cazes, dans le Roussillon, son directeur général, Lionel Lavail, est aussi sorti des contraintes de l'appellation côtes-du-roussillon. « 40 % de nos volumes sont en IGP, explique Lionel Lavail. Cela nous permet d'élaborer plus facilement des vins frais et aromatiques ». Des nectars recherchés par les clients, qu'ils soient français ou étrangers.

Le Bib, un format phare

Le Bag-in-box est plébiscité au sein de l’offre IGP, avec environ 40% des volumes. Sur un an, ses ventes ont progressé de 10,4% en valeur, selon SymphonyIRI. En photo, Le Cop (Domaine Cazes), un vin IGP de cépage vendu en bouteille 75 cl et en Bib de 3 litres.

 

Le merlot, un cépage du rosé qui monte

 

Les rosés sont surtout produits à partir du cépage cinsault. Cependant, grenache (+42%) et merlot (+25,2%) commencent à prendre le relais. Ici, le rosé 100% merlot signé Roche Mazet. Les vins IGP cépages dans le vert (pâle)

 

Les vins IGP standards dans l'orange

226,6 M €, + 2, 7%

Le CA, CAM à fin mai 2012, HM+ SM, vs 2011

100 millions de litres

- 4, 7% 2, 26 € le prix moyen au litre

Source : SymphonyIRI

 

Les vins IGP cépages dans le vert (pâle)

448 M €, + 5,8% Le CA, CAM à fin mai 2012, HM+ SM, vs 2011 174 millions de litres + 2,2 % 2,57 €, le prix moyen au litre

Source : SymphonyIRI

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Eaux, sodas, jus, bières, vins, liqueurs et spiritueux : chaque semaine recevez les dernières infos et nouveautés du rayon Boissons.

Ne plus voir ce message