Annonay veut donner les mètres carrés manquants à ses habitants

|

Équipement commercial - La requalification de la zone industrielle de Marenton en zone commerciale, avec 16 000 m² en projet, permettra à la ville de juguler la fuite de ses consommateurs vers Saint-Étienne et Davezieux.

« Stop à l'évasion commerciale ! » C'est le cri d'alarme poussé par les acteurs publics de la petite ville d'Annonay. En effet, avec seulement 18 000 âmes, la commune est la plus peuplée d'Ardèche et pourtant l'une des moins bien équipées du département en matière de commerces. Elle ne compte que 10 magasins de plus de 300 m², qui cumulent à eux tous 10 309 m² seulement.

Les différentes chambres consulaires ont donc donné leur accord à un projet d'envergure baptisé Marenton. Il s'agit de requalifier une ancienne zone industrielle en zone commerciale et d'y implanter plus de 16 000 m² de commerces. Presque un mètre carré par habitant ! Un hyper Carrefour jouera le rôle de locomotive alimentaire, et l'attractivité de la zone sera renforcée par huit moyennes surfaces en non-alimentaire. La création de cette infrastructure nécessitera environ 70 millions d'euros d'investissement. Dont 20 seront supportés par les enseignes pour l'aménagement de leurs lots, et 50 injectés par le promoteur Sopricom (Nevers).

Redynamiser le commerce local

Si le projet est appuyé par la majorité des pouvoirs publics de la commune, il attire, en revanche, les foudres des commerçants locaux. Le Champion (2 000 m²) et le Super U du centre-ville (2 000 m²) ne voient pas d'un très bon oeil l'arrivée d'un nouveau concurrent et regrettent « un manque cruel d'information de la part de l'investisseur principal ». Raison pour laquelle un recours a été déposé en CNEC. Du côté des commerces de proximité, les avis sont partagés. Si certains ont peur de voir les consommateurs abandonner le centre-ville au bénéfice de la périphérie, d'autres y voient une opportunité de développement et ont déjà fait des demandes d'implantation dans la galerie marchande. Le promoteur et l'association locale des commerçants ont d'ailleurs travaillé ensemble pour créer une complémentarité de l'offre.

Pour César Gallo, président de la chambre de commerce et d'industrie : « La création de ce pôle va donner un second souffle au commerce local. En vingt ans, le centre-ville a été déserté. La zone commerciale de Davezieux, située à 10 km et très bien achalandée, provoque une fuite importante des consommateurs. Si l'on ajoute la proximité directe des grandes villes comme Saint-Étienne (vingt minutes en voiture), nous enregistrons une évasion commerciale de l'ordre de 27 ou 28 %, soit une perte de 30 millions d'euros. » Si le dossier est accepté en CNEC, la zone de Marenton devrait voir le jour d'ici à 2010.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2049

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous