Anti-gaspillage : après les distributeurs, Comerso séduit les industriels

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

La société française d’économie circulaire, spécialisée dans la gestion des invendus en grande distribution, s’attaque au gaspillage, alimentaire et non-alimentaire, issu des industriels. Comerso a également ouvert son service à la restauration collective et aux coopératives agricoles.

Comerso
Comerso© Comerso

Parce que le gaspillage alimentaire ne touche pas que la distribution, Comerso a étendu depuis le printemps 2017 ses services à la restauration collective, aux coopératives agricoles et aux industries alimentaires. La société, créée en 2013 et qui propose un ensemble d’outils permettant la collecte des denrées invendues auprès des enseignes alimentaires, assure également le transport des produits en toute sécurité dans des camions réfrigérés et la distribution des dons aux associations. Une solution complète qui séduit donc désormais au-delà de la distribution traditionnelle. "Il y a des besoins chez les industriels similaires à ceux de la grande distribution en termes d’invendus", explique Pierre-Yves Pasquier, cofondateur de Comerso. Sans compter que l’existence même des invendus "est souvent perçue comme un échec, poursuit-il. Cela peut être interprété comme une mauvaise gestion des stocks, des linéaires peu adaptés ou une méconnaissance des clients Or certains facteurs, comme la météo, ne peuvent être maîtrisés et on connaît leurs impacts sur les produits à date limite d'utilisation optimale (DLUO) courte".

10 millions de repas collectés

Comerso joue le rôle de facilitateur entre les industriels et les associations via sa plateforme. Elle s’appuie sur la technologie pour rationnaliser chaque étape de la collecte. Grâce à une plateforme numérique innovante et la technologie RFID, elle assure une traçabilité des flux de marchandises. Tous les produits sont ainsi tracés et les magasins, transporteurs, associations savent en temps réel où est la marchandise, à quelle température, qui l’a reçu, en quelle quantité et à quelle heure. L’entreprise basée à Agen mise sur une approche financière pour convaincre les professionnels de l’utilité de son dispositif : "Cela permet de générer des économies aux entreprises. Il faut donc que notre solution soit aussi simple que le fait de jeter, et que les industriels perçoivent une création de valeur. Notre système permet de redonner de la valeur aux invendus", poursuit Pierre-Yves Pasquier.

Si la problématique des invendus, et donc du gaspillage, est commune, certains enjeux sont propres aux industriels. "Il y a des organisations spécifiques, avec parfois plusieurs bases logistiques, ou des sites multi-produits, explique-t-on chez Comerso. Il faut être capable d’en tenir compte, mais aussi d’absorber n’importe quel type de volumes, de proposer des solutions immédiates pour les produits frais". Produits frais laitiers, confiseries, chocolats, jus de fruits, mais aussi fournitures scolaires, mobilier, chaussures… La société agit aussi pour les marchandises non-alimentaires. "Nous travaillons avec les entreprises de manière à pouvoir récupérer les agendas et les rendre distribuables aux associations avant la rentrée scolaire, sachant que pour le circuit commercial classique, plus de 95% des fournitures scolaires sont vendus avant. C'est là où Comerso met au service des entreprises la réactivité, le savoir-faire transport-logistique et la connaissance d'un vaste réseau associatif pour trouver les associations intéressées. Nous travaillons sur des produits toujours utilisables, consommables", détaille le dirigeant. Une intervention au coeur de la filière, alors que la lutte contre le gaspillage a jusqu'ici ciblé plus les distributeurs que les industriels notamment dans le discours politique. "Avec les promotions ou les déstockages, nous offrons un levier supplémentaire… mais qui nécessite une certaine sensibilité, et un engagement dans une vraie politique RSE", reconnaît Pierre-Yves Pasquier.

Le modèle économique repose sur les commissions payées par les entreprises. Les entreprises génèrent des économies fiscales et de traitement de déchets et Comerso se rémunère au succès. Le système est gratuit pour les associations.

A date, elle a déjà collecté 700 tonnes de produits non-alimentaire pour les redistribuer aux associations. Aujourd’hui, avec plus de 300 magasins, la solution est disponible dans  50 départements. 10 millions de repas ont été redistribués depuis la création de la société. Comerso vise désormais un déploiement dans toute la France, puis d’offrir ce service sur toute la zone Euro et les Etats-Unis. 

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA