Services & Livraison

[Coronavirus] Antoine Jouteau (DG Le Bon Coin) : "Entre 30 à 40% de baisse d'activité"

|

DossierINTERVIEW Le directeur général du groupe Le Bon Coin explique à LSA, comment l'e-commerçant s'organise depuis la période de confinement liée au coronavirus. Et réagit sur les annonces récentes du gouvernement.

Antoine Jouteau (DG Le Bon Coin) : "Nous avons connu 30 à 40% de baisse d'activité"
Antoine Jouteau (DG Le Bon Coin) : "Nous avons connu 30 à 40% de baisse d'activité" © L.Revol

LSA - Comment gérez-vous la crise sanitaire actuelle, à titre personnel ?

Antoine Jouteau - Je respecte scrupuleusement les consignes. Que j'ai donné à l'ensemble de mes collaborateurs. Tout le monde télétravaille, y compris moi. Toutefois le lien n'est pas rompu, loin de là. Notre entreprise, est déjà rompue aux outils de travail à distance : nous avons des points quotidiens en équipe avec les outils de visoconférence. Le middle management est aussi contacté, une fois par semaine, par visio. Nous sommes déjà rodés à cet usage-là. Cela ne désorganise pas l'entreprise.

L'ensemble de vos équipes sont donc à 100% en télétravail ?

AJ - Tout le monde se trouve en télétravail, y compris nos forces de ventes et le support client. On s'était justement préparés pour être en capacité de passer à 100%. Malheureusement, une partie de nos collaborateurs n'arrivent pas à travailler, par manque d'activité. Par exemple, certains n'ont plus de clients au téléphone. Une partie non négligeable des collaborateurs du Bon Coin maintient néanmoins la continuité de l'activité. Au niveau de l'absentéisme, nous n'avons pas de chiffres précis mais nous nous trouvons sur des variables normales, eu égard du contexte. Des collaborateurs ont leurs enfants à la maison et ne peuvent pas travailler à distance, ou alors certains n'ont pas de connexions Internet suffisantes pour exercer leur métier. Nos centres de relation clients n'ont pas d'activité, ou se trouvent en activé zéro. Ils n'arrivent pas à contacter des clients, eux-aussi confinés.

Quelles mesures sanitaires avez-vous pris ?

AJ - Les derniers jours précédant le confinement correspondent à la mise en place de mesures très strictes. L'ensemble des collaborateurs souhaitant basculer en travail à distance pouvaient le faire. Nous avons aussi mis en place des mesures draconiennes de nettoyage dans nos locaux. Depuis la décision de confinement total de la semaine dernière, tout le monde a été basculé au travail à domicile. On garde le lien, que ce soit par mail ou visioconférence. Nos équipes IT continuent à travailler sur la plateforme pour développer de nouvelles fonctionnalités.

Le non-alimentaire n'étant pas le secteur le plus sollicité actuellement, en raison de la conjoncture…

AJ - Comme l'ensemble des acteurs économiques de ce pays, nous sommes touchés par cette crise. Evidemment, il y a moins de transactions immobilières, automobiles, d'offres d'emploi. Moins de transactions sur les biens de consommation. L'impact est réel sur notre activité. Même si, en parallèle, nous parvenons toujours à rassembler 8 à 10 millions de personnes, quotidiennement sur le site. Il y a toujours de l'activité, mais celle-ci se trouve fortement réduite du fait de la conjoncture. En termes d'audience, nos standards sont plus de l'ordre de 15 à 20 millions de personnes par jour. Soit 30 à 40% de baisse d'activité. Malgré cela, ça reste assez élevé, même si une partie de nos collaborateurs restent privés de leur travail. Notre métier demeure de faciliter les échanges au quotidien de nos utilisateurs. S'il y a moins d'échanges, cela induit naturellement une baisse de l'activité.

Qu'en est-il de la livraison ? Surtout avec l'interruption de l'activité de Mondial Relay

AJ - En effet, notre principal prestataire est Mondial Relay. Vu leur incapacité à continuer leurs services, nous avons fermé sur le site la livraison via ce prestataire. Il n'est désormais plus possible d’opter pour la livraison avec eux, ni de déposer votre colis en point relais. Les colis déjà expédiés seront conservés en sécurité au sein du réseau Mondial Relay jusqu’à la reprise de leur activité. La somme issue de la vente sera placée sous séquestre et sécurisée par notre partenaire de paiement jusqu’à réception du colis par l’acheteur.  

Par ailleurs, il y a encore la possibilité d'utiliser d'autres moyens, à la charge et à la responsabilité du vendeur. Cela devient de plus en plus compliqué, bien sûr. Je pense à la Poste par exemple…Cela peut tout de même continuer à être géré. De même, il est toujours possible d'effectuer des transactions. Il faut toujours attendre la fin du confinement pour pouvoir finaliser la commande. Il y a encore pas mal d'activité sur le site, car les gens continuent à acheter pour la période suivant la crise sanitaire.

Que pensez-vous des dernières mesures prises par le gouvernement d'aides aux entreprises et que manque-t-il selon vous ?

AJ - Je suis en train de les analyser, je n'ai pas encore tous les textes. Il y a souvent le discours gouvernemental, puis ensuite les décrets tombent. J'espère que toutes les entreprises seront protégées par la loi pour être en capacité de mettre en place toutes les mesures de chômage partiel possible. De même, c'est une bonne chose de donner un peu de flexibilité sur les paiements des impôts, quand on le fait en France. Je trouve que le gouvernement réagit vite et bien. Je veux juste être sûr que les entreprises comme la mienne soient aussi protégées ! Nous sommes un contribuable assez important.

Nous étudions ces mesures, pour voir comment les utiliser pleinement. En tant qu'entreprise d'investissement. Il faut nous aider à continuer à passer cette période et continuer à investir. Une partie de nos employés vont se trouver en chômage partiel, c'est inévitable. Une discussion va s'ouvrir dans les prochaines heures avec nos instances représentatives du personnel, pour qu'une partie de nos collaborateurs passent sous ce régime-là. On réfléchit aussi à des mesures d'accompagnement RH pour que ce soit quasi indolore pour eux.

Comment envisagez-vous la sortie de crise ?

AJ – On prépare déjà cet après coronavirus. Notamment au travers de mesures d'accompagnement pour nos clients dans l'immobilier, l'emploi et l'automobile. Pour les aider à passer cette période très compliquée et appuyer les entreprises quand le redémarrage va avoir lieu. Nous sommes un site de croissance et elle se prépare. Nous sommes dans les starting blocks pour accompagner les 500000  entreprises présentes sur la plateforme, dès le lendemain de la fin du confinement.

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message