Marchés

Apple ne surprend pas avec son iPhone 5

|

Un écran plus grand, un design plus fin, un nouveau connecteur et pas de puce NFC... L'iPhone 5 d'Apple n'est pas la révolution attendue.

 

Apple est-il en train de se banaliser ? Entre les fuites à gogo (photos, spécificités…) des semaines avant la keynote, un iPhone 5 aux améliorations limitées, une présentation sans surprise (les fameux « one more thing » de fin de keynote de Steve Jobs sont loin)… Apple s’est assagi. Et si l’hystérie est toujours là, elle est essentiellement due à ce qu’a accompli la marque ces 10 dernières années qu’à ce qu’elle a présenté hier soir. Car contrairement à ce que promettait le président du sous-traitant d’Apple Foxconn, l’iPhone 5 « ne met pas la honte » au Samsung Galaxy S3.

Un écran plus grand (4 pouces au lieu de 3,5 précédemment pour une rangée d’applis de plus), plus fin de 18%, plus léger de 20%, l’iPhone 5 est vu de dehors un 4s (légèrement) plus longiligne. Sous le capot on trouve un processeur A6 (deux fois plus rapide que le précédent selon Apple), une batterie permettant plus d’autonomie (mais là encore l’américain reste vague sur les performances) un appareil photo permettant de faire des panoramiques… Rien que du très classique. Le téléphone sera sinon compatible 4G (LTE) mais comme les réseaux sont balbutiants (la France n’est d’ailleurs pas dans la liste des pays dans lesquels l’iPhone 5 fonctionnera avec la 4G…), l’innovation pourrait passer inaperçue.


C’est au final ce qui n’est pas dans l’iPhone 5 qui aura fait parler. Pas de compatibilité 4G pour la France donc, pas de modèle disposant de plus grande capacité de stockage (toujours les mêmes 16, 32 et 64 Go) et surtout pas de puce NFC. Alors que cette technologie –permettant notamment le paiement sans contact- est présente sur le Galaxy S3 de Samsung et se développe de plus en plus sur les points de vente, Apple a décidé de faire l’impasse dessus pour cette génération. Etonnant, alors qu’il y aurait tant de synergies possibles avec les 450 millions de comptes ITunes de la marque... Autre déception, attendue elle aussi, le nouveau connecteur. Baptisé Lightning, il est 80% plus petit que le classique connecteur de 30 branches. Pour les utilisateurs il s’agira donc de racheter des adaptateurs (29 euros sur le site d’Apple) pour continuer à utiliser les anciennes recharges et docks divers avec l’iPhone 5. Changer l’antique connectique à 30 branches d’Apple pourquoi pas, mais la marque s’était engagée avec d’autres fabricants en 2009 à passer à la norme commune mini-USB. Ce qu’elle ne fait pas mais contourne en proposant un adaptateur Lightning/mini-USB à 19 euros…


Concernant la commercialisation, l’iPhone 5 sortira le 21 septembre prochain au tarif nu de 679 euros (le 16 Go), 789 euros (le 32 Go) et 899 (le 64 Go). Le 4S passe lui à 579 euros nu. Et le 3Gs disparait de la gamme.


Les plus satisfait seront certainement les opérateurs qui, hormis Virgin Mobile, n’ont pas encore communiqué sur la disponibilité ni sur les tarifs. Mais ce devrait être l’occasion pour eux de vendre à nouveau en grande quantité des forfaits haut de gamme avec engagement de deux ans (les plus lucratifs) en subventionnant l’appareil. Car les analystes estiment que l’iPhone 5 fera un carton. « Ce téléphone redessiné nous conforte dans notre sentiment qu’Apple écoulera 6 à 10 millions d’iPhone 5 à fin septembre », estime le grand gourou du secteur Gene Munster de Piper Jaffray dans une note. L’analyste rappelle que l’iPhone 4S s’est écoulé à 4 millions d’exemplaires au cours des trois premiers jours suivant son lancement. Malgré des lancements de plus en plus fades, Apple continue de marcher sur l’eau. Pour combien de temps ?

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter