Apple Pay un an après : coup de frein sur l'adoption du système de paiement mobile d'Apple

|

Lancé au mois de septembre 2014, Apple Pay a rapidement conquis de nombreux utilisateurs aux Etats-Unis. Mais l'adoption du service semble ralentir fortement. Dans le même temps, les géants américains de la distribution, les banques américaines mais aussi Google, s'organisent pour mieux riposter. 

Les trois premiers jours suivant le lancement, plus d’un million de carte de crédits ont été activées au sein d'Apple Pay
Les trois premiers jours suivant le lancement, plus d’un million de carte de crédits ont été activées au sein d'Apple Pay

Cela fait un peu plus d’un an maintenant qu’Apple a lancé son service de paiement par mobile, Apple Pay. Les 72 premières heures suivant le lancement, plus d’un million de carte de crédits ont été activées dans ce système, du moins selon Tim Cook, le p-dg de la firme, qui l’avait annoncé lors de la WSJ.D Live Conférence du Wall Street Journal. Dans la foulée, de nombreuses enseignes installées sur le territoire américain acceptaient les paiements via Apple Pay, depuis McDonalds en passant par Subway, Toys’R’us jusque Whole Foods Market.

Sur Internet, les acteurs à accepter d’être payés via le service d’Apple sont également nombreux : Uber, Airbnb, Dunkin Donuts, Etsy ou encore Groupon font partie de ceux-là. Aujourd’hui, Apple Pay se paierait la plus grosse part des paiements par mobiles aux Etats-Unis, estimée à près de deux tiers des paiements sans contacts. Seulement voilà, selon une étude de Phoenix Marketing International, Apple Pay serait aujourd'hui utilisé par 14% des foyers américains éligibles aux cartes de crédit, soit à peine trois points de plus que les 11% atteint quatre mois après le lancement du service. Autrement dit, l’adoption d’Apple Pay par les consommateurs peinerait véritablement à décoller. D’autant qu’Apple doit faire face à une concurrence qui n’hésite plus à montrer ses muscles.

avec Walmart et Best Buy, JP Morgan Chase se ligue contre Apple

Lors du lancement d’Apple Pay, la firme avait dû faire face à la résistance de géants américains de la distribution comme WalMart et Best Buy mais aussi des chaînes de pharmacies Rite Aid (4 600 points de vente aux Etats-Unis) et CVS (7 700 magasins). Walmart est alors le meneur d'un consortium baptisé ‘Customer Merchant Exchange’, réunissant de très grands marchands tels que Kmart, Rite Aid, Best Buy, Exxon, Target, Wendy's... tous fédérés autour de la création d’un wallet pour smartphone : ‘CurrentC’, actuellement en phase de test dans certains points de vente de l’Etat de l’Ohio.
Mais là n’est pas tout ! Apple va devoir bientôt compter avec un compétiteur redoutable : le leader des cartes de paiements aux Etats-Unis, JP Morgan Chase. En effet, le 27 octobre dernier, la banque américaine a créé la surprise en annonçant le lancement prochain d’une solution de paiement mobile baptisée ‘Chase Pay’. Une initiative qui a donné lieu dans la foulée à un partenariat avec Walmart, Best Buy et l’enseigne 7-Eleve, ouvrant ainsi la porte à son système de paiement à plus de 15 000 points de vente sur le sol américain.

La très lente riposte de Google

Il était attendu pour le mois d’août 2015, en réalité Android Pay, l’homologue d’Apple Pay développé par le géant de l’Internet Google, n’a été déployé aux Etats-Unis qu’à la fin du moins de septembre. Sur son blog officiel d’Android, le groupe estime qu’Android Pay pourrait être utilisé dans plus d’un million de commerces américains, parmi lesquels des enseignes de renoms comme Whole Foods Market, Office Depot, Rite Aid ou encore Walgreens et Toys’R’us. Apple Pay pour sa part, serait utilisable dans près d’1,5 million de points de vente.
Le système de Google est d’ores et déjà compatible avec les plus grandes cartes de crédit à savoir American Express, MasterCard, et Visa. Et dans les mois à venir, Android promet des nouveautés pour ce service, notamment autour de programmes de fidélité. Si le géant du Web n’a pour l’heure, pas clairement communiqué sur le nombre d’utilisateurs d’Android Pay depuis son lancement, il a tout de même affirmé en avoir déjà des millions. Pendant ce temps, Apple continue d'avancer ses pions, et a annoncé il y a quelques jours être entré en négociations avec des banques, pour mettre en place un service Peer-to-Peer permettant le transfert d'argent entre particuliers.

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.
X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message