Approché par Nestlé, Ferrero n’est pas à vendre

ferrero

Approché à plusieurs reprises par le géant suisse Nestlé, Ferrero a repoussé toutes les avances qui lui ont été faites. C’est ce qu’affirme le Financial Times dans son édition du vendredi 18 octobre. Le groupe italien, inventeur de la pâte à tartiner a affirmé de la manière la plus catégorique qu’il n’est pas à vendre. Ferrero, avec ses marques Kinder, Mon Chéri,Tic-Tac, Ferrero Rocher détient 8% du marché mondial de la confiserie.  Si Nestlé (12% de parts de marché) parvenait à réaliser une telle opération, le nouvel ensemble passerait devant les groupes américains Mondelez et Mars. Un scénario qui reste pour le moment de la fiction et qui pourrait être alimenté par le fait que le groupe Nestlé développe actuellement son activité confiserie. Telle est en tous cas l’analyse de Paul Buckle, l’administrateur délégué de Nestlé

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter