Après Apple, Samsung à son tour tenté par la vente directe

|

Le coréen va ouvrir au centre Vélizy2 une deuxième boutique en France. Une stratégie plus marketing que commerciale... pour le moment.

Samsung Velizy 2

Samsung/Apple, la guerre des magasins? Alors qu’Apple continue de densifier le maillage de ses boutiques en France (16 à date plus de nouvelles ouvertures déjà programmées en 2014 à Aix en Provence et Marseille notamment), Samsung avance discrètement mais sûrement ses pions. Le coréen a ouvert ce week-end un deuxième magasin Samsung Expérience Store (après celui de la Madeleine à Paris) au centre commercial de Velizy2. Il s’agit d’une boutique de 200 m2 au design soigné qui propose toute la gamme de produits connectés Samsung: des smartphones aux tablettes en passant par les PC, les appareils photos et les nombreux accessoires. Des produits en libre-toucher, utilisables et manipulables par les clients. Seules les télévisions seront absentes de l’offre, la boutique n’étant pas assez vaste pour y exposer la large gamme du coréen.

Bref, c’est bien une stratégie de vente directe que teste Samsung avec ses vendeurs experts et sa large gamme de produits en libre-accès. La marque a d’ailleurs déjà ouvert des boutiques similaires en Allemagne, en Grande-Bretagne, aux Etats-Unis, en Australie ou évidemment en Corée du Sud. D’ailleurs le géant ne s’en cache pas. Dans une interview donnée en 2010 à LSA, le vice-président de Samsung France, Philippe Barthelet, confiait ses ambitions en matière de retail: "Nous voulons ouvrir des boutiques en France, nous avons le statut pour ça. En Corée, nous en possédons déjà 200."

Désormais dans la guerre qui oppose les deux géants de l’électronique, le point de vente est un argument de plus pour crédibiliser la marque. Avoir ses propres boutiques permet en effet d’avoir un contact direct avec le client: la marque peut ainsi mieux maitriser son image et par conséquent ceux de ces produits mais aussi faire remonter les avis et les attentes des clients. Une initiative 100% bénéfique à un détail près: quid de la distribution? Les grandes enseignes qui écoulent les produits Samsung voient-ils ses initiatives d’un très bon oeil? Evidemment non. On se souvient notamment qu’Apple avait dû user de la câlinothérapie avec son plus gros partenaire en France, la Fnac, lors de l’ouverture (tardive d’ailleurs comparé aux autres pays) du premier Apple Store en France. Samsung aussi avance à petits pas avec des boutiques de tailles modestes (pas plus de 200 m2 pour le moment) et des ouvertures rares (une par an pour le moment). Il s’agit plus pour le moment d’une stratégie marketing que réellement commerciale. La part de chiffre d’affaires réalisé dans les deux boutiques Samsung sera infinitésimale comparée à celle réalisée dans l’ensemble de la distribution française. Il n’empêche si le coréen se risque malgré tout sur ce terrain c’est qu’il se sait -comme Apple- en position de force par rapport à la distribution. Avec des parts de marché qui frôle voire dépasse les 40% dans la télé ou le smartphone, le géant de Séoul sait qu’il est incontournable en magasin et peut donc se permettre de "vexer" ses partenaires. Avec près d’une vingtaine de magasins en France, son rival Apple est même passé à l’étape d’après la vexation, celle de l’agacement. Samsung n’en est pas encore là... pour le moment.

 

 

Sur Magasin LSA, trouver les fournisseurs d'équipement de magasin. Contactez vos futurs fournisseurs et grossistes en quelques clics.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.
X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message