Après le caviar, Delpeyrat se lance sur le marché du saumon fumé

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Delpeyrat entend bien bousculer le marché du saumon fumé, où Labeyrie règne en maître après les marques de distributeur.

delpeyrat saumon fumé

Le 19 septembre 2012, la saumonerie de Saint-Ferreol est rachetée par Delpeyrat via la holding MVVH. La marque assure alors que ce nouveau site servira à Comtesse du Barry, réseau de boutiques racheté par Maisadour en mai 2011. Aucune annonce concernant la grande distribution.

« En réalité, cela faisait plusieurs années que nous pensions au saumon fumé, car il appartient à l’univers de l’alimentaire festif dans lequel nous sommes légitime », avance Dominique Duprat, directeur marketing de Delpeyrat.

Une deuxième grosse marque

"Produits festifs, plaisir... Les synergies nous semblaient évidentes", raconte le responsable de la marque. Sauf que le marché ne se porte pas aussi bien que le foie gras : -2% en volume sur l’année (Source : SymphonyIRI CAM arrêté à fin 2012). Parmi les acteurs du saumon fumé, Labeyrie règne en leader avec 29% des parts de marché valeur, les marques de distributeur représentant 65%. « Il manquait une deuxième grosse marque », observe Dominique Duprat.

Après être arrivé sur le marché du caviar en fin d’année 2012 en exclusivité chez Cora, Delpeyrat part à l’assaut du traiteur de la mer avec sa gamme, simplement nommée « Delpeyrat, Le Saumon ».

« Une offre plus qualitative mais au même prix »

L’offre du nouvel acteur vise le cœur de marché avec quatre références: 2 tranches et 4 tranches, origine Norvège et Ecosse. Comment, alors, se différencier de son concurrent direct sur le saumon comme sur le foie gras, Labeyrie ? « En offrant une offre plus qualitative au même prix » répond Dominique Duprat.

Concrètement, Delpeyrat proposera des offres « 100 % filet », retirant ainsi les muscles brun en plus des arêtes et du gras. Le saumon sera salé au sel sec -donc sans saumure- et fumé au bois de chêne, garantit sans aucune congélation. Le packaging reprendra les couleurs de Delpeyrat, or et rouge, en plus des codes du rayon (bleu et une touche d'orange).

Objectif 1.000 à 1.500 tonnes d'ici 3 à 5 ans

Un plan de communication massif (affichage et campagne télé) viendra soutenir les nouveautés qui arriveront dès le mois de mars dans les linéaires des grandes surfaces. "Nous tablons sur une production de 1.000 à 1.500 tonnes d'ici trois à cinq ans", ambitionne Dominique Duprat. Au même moment, l’acteur breton Guyader se lancera aussi sur le segment du saumon fumé. Labeyrie n’a pas souhaité réagir à ces annonces.

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

2 commentaires

Marion

09/02/2013 12h47 - Marion

1. Qui dit que Delpeyrat va séduire le consommateur avec ses productions de masse? Coluche n'affirmait-il pas que "ce ne sont pas ceux qui ont les plus grandes oreilles qui entendent le mieux"...

2. Qui dit que Labeyrie ne voit pas d'un bon oeil cette montée en puissance...susceptible non seulement d'éliminer de plus petits concurrents mais aussi de favoriser une augmentation des prix (effet oligopole)?

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Email obligatoire

Email incorrect

Gironde

08/02/2013 09h37 - Gironde

Je comprends mieux cette maladie qui contamine les élevages de saumons : le poux du saumon!

Jusqu'à quand va-t-on nous gaver d'informations sur la croissance...et le nivellement par le bas?

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Email obligatoire

Email incorrect

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA