Marchés

Après le CD, le DVD est-il aussi condamné ?

|

Année après année, les ventes de DVD en magasin ne cessent de reculer à l'image de celles de CD. Les nouveaux modes de consommation numérique auront-ils sa peau? 

Les ventes de DVD et de Blu-ray sont tombé sous les 800M€ en 2014
Les ventes de DVD et de Blu-ray sont tombé sous les 800M€ en 2014

Le DVD va mal. En 2014, le chiffre d'affaires des ventes de DVD et de Blu-ray en France s’est rétracté de 130 millions d’euros pour atteindre les 799,01 M€ selon le CNC et GfK. La dépense des ménages en vidéo a donc diminué de 14,0 % par rapport à 2013.

Si c’est le DVD « historique » qui est le plus touché avec une baisse de 15,6 % du chiffre d'affaires, le Blu-ray n’est pas non plus à la fête puisque la  baisse a atteint 8,2% du chiffre d'affaires (188,32 M€). Une baisse moins importante que le DVD qui lui permet de représenter 23,6% du chiffre d'affaires de la vidéo physique contre 22,1% en 2013.

En volume, la baisse est moins importante. Les ventes de supports vidéo vendus (DVD et Blu-ray) ont diminué de 12,4 % par rapport à 2013. 90,24 millions de supports ont été vendus : 77,16 millions de DVD (-14,2 % par rapport à 2013) et 13,08 millions de Blu-ray (-0,6 %). Cela veut donc dire que les éditeurs et les distributeurs tentent d’activer le levier du prix pour relancer les ventes. Ainsi le prix de vente moyen d’un DVD en 2014 s’est établi à 8 euros et celui d’un blu-ray à 14,40 euros.

Le DVD et le CD, victimes du streaming

Et tous les segments sont en baisse que ce soit les films (-14,4%), le hors-film comme les séries et les spectacles (-11,4%), les films français (-4,7%), américains (-12,9%)…
Lorsqu’on compare l’évolution de la vidéo physique en France et celle de la musique on constate une étonnante similarité.

Chiffre d’affaires des ventes de CD en France

2007 : 662 M€
2008 : 530 M€
2009 : 512 M€
2010 : 466 M€
2011 : 412 M€
2012 : 364 M€
2013 : 367 M€

Chiffre d’affaires des ventes de DVD/Blu-Ray en France2007 : 1,5 Mrd€

2008 : 1,38 Mrd€
2009 : 1,42Mrd€
2010 : 1,38 Mrd€
2011 : 1,22 Mrd€
2012 : 1,12 Mrd€
2013 : 929 M€
2014 : 799 M€

En sept ans, les ventes en valeur ont fondu de près de moitié. En cause : la concurrence du piratage et des sites de streaming « illégaux » mais aussi de plus en plus de l’offre légale. Sauf que cette offre légale, après avoir tenté de copier-coller le modèle du physique au numérique en vendant (ou louant) les titres, albums et films à l’unité, passe de plus en plus par l’illimité sur abonnement. Ainsi, en France, le streaming légal a progressé de 33% sur la musique en 2014 et dans la vidéo, on voit s’affronter depuis quelques mois l’américain Netflix et avec le français CanalPlay. Dans ce paysage en recomposition, le DVD ne semble pas avoir beaucoup de place. Si pour l’heure, il est protégé par la chronologie des médias (en gros le DVD a le monopole des nouveautés), cette dernière pourrait évoluer avec ces celle des usages…
 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter