Après le feu vert de l'autorité de la concurrence, quels scénario pour le rachat de Dia par Carrefour ?

|

Le rachat est une bonne affaire pour Carrefour, les analystes de Natixis n’en doutent pas. Comme l’autorité de la concurrence a enfin donné son accord, moyennant la cession de 56 points de vente, ils ont commencé à imaginer les différents scénarios à venir…

Le doute plane encore sur les plans de Carrefour pour Dia.
Le doute plane encore sur les plans de Carrefour pour Dia.© CARREFOUR

« Nous continuons de voir cette acquisition comme une opportunité qu’il ne fallait pas manquer car elle va permettre à Carrefour de remettre la main sur près de 600 000 m² de surfaces commerciales, et de renforcer son leadership en France en gagnant entre 1 et 2 pts de part de marché », détaille Natixis. Avec 20,3 % de part de marché aujourd’hui, il pourra ainsi distancer Lecerc (19,3% de PdM en 2013). Enfin Carrefour, renforcera sa présence sur l’axe Paris/Lyon/Marseille.

carrefour va-t-il revendre les magasins en deficit ?

Dans le premier scénario imaginé, Carrefour cède les 56 magasins comme le veut l’autorité de la concurrence et conserve les 752 restant. Tous les magasins passent sous l’une des enseignes Carrefour de proximité en fonction de sa taille (City, Express, Market) et sont rénovés d’ici fin 2016 (65 M€ d’investissement sur 2 ans). Ce vaste plan de transformation permet de redresser les ventes (+2,3 % par an à surface comparable de 2015 à 2018) et se traduit par une marge opérationnelle ajustée de 1,4% en 2018, contre -3,3 % attendue cette année. L’impact sur le cours de l’action devrait être négatif dans un premier temps. 

Dans le deuxième scénario imaginé par Natixis, Carrefour restructure rapidement le parc de magasins en fermant ou cédant les magasins déficitaires, principalement dans le nord de la France. Dans ce cas, l’intégration de Dia sera intéressante pour les actionnaires, et devrait faciliter le redressement de cette enseigne. En revanche, elle s'annonce plus compliquée sur le terrain social. Tout de suite après l'annonce de l'autorité de la concurrence, FO a fait part de sa vigilance sur Twitter.
 

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter