Bazar - Discount

Après Maxi Bazar, la famille Zouari rachète Stokomani

|

La famille Zouari poursuit ses emplettes dans l’univers des discounters du bazar en rachetant Stokomani au fonds Sagard, ainsi qu’un petit acteur local, Dya Shopping. En un mois, celui qui est déjà l’actionnaire de référence de Picard, est devenu numéro 3 du bazar discount en France.

Stokomani
Stokomani© PHOTOS Stokomani - Fr. Lecocq

C'est bien vers une consolidation de la distribution de produits dits de bazar que la famille Zouari se dirige. Après avoir racheté il y a seulement quelques semaines le groupe Maxi Bazar, sa centaine de magasins en France et en Suisse et ses 200 millions d'euros de chiffre d'affaires (pour 30 millions d’Ebitda), le family office des Zouari a jeté son dévolu sur Stockomani. Les Zouari ont en effet annoncé ce dimanche 19 décembre avoir signé un accord d’exclusivité pour racheter l’entreprise (600 millions d’’euros de chiffre d’affaires, 60 millions d’Ebitda et 130 magasins) au fonds Sagard et à la famille fondatrice, les Namani.

Dans le même temps, selon nos informations, les Zouari auraient aussi racheté un acteur régional de ce marché, Dya shopping, un spécialiste des meubles et d’objets de déco discount qui exploite dans le Nord et le Pas de Calais une dizaine de magasins pour environ 50 millions d’euros de CA. A noter que comme Maxi Bazar qui prévoit une douzaine d’ouverture en 2022, Stokomani aurait une vingtaine de nouveaux magasins en portefeuille à ouvrir l’an prochain.

Un contre-feu à Action

Avec trois acquisitions en moins d’un mois, le groupe familial se renforce très vite sur le marché très dynamique du bazar discount en croissance à deux chiffres chaque année depuis près de 10 ans et qui atteindrait 11 milliards d'euros de chiffre d'affaires aujourd'hui. Un marché dominé par le néerlandais Action dont le chiffre d'affaires dépasserait aujourd’hui les 2 milliards d'euros en France pour plus de 500 magasins, devant Gifi avec ses 600 magasins pour environ 1,3 milliard de CA et désormais le pôle des 3 enseignes du groupe Zouari avec 850 millions d’euros de chiffre d’affaires cumulé. Cet appétit de croissance du nouvel entrant relance évidement les rumeurs de discussions pour un éventuel rapprochement entre la famille Zouari et le groupe Gifi, dont les deux patrons et fondateurs, Moez-Alexandre Zouari et Philippe Ginestet, seraient très proches. D’autant plus qu’un bon connaisseur du dossier affirme que le mouvement de concentration engagé ne serait pas encore terminé. Ce que semble indiquer également à mots couverts Edouard Lacoste, directeur général du Family Office de la famille Zouari dans le communiqué annonçant le rachat de Stokomani publié ce dimanche soir : « Notre ambition est de construire un acteur majeur francais du discount et du déstockage (…) Le marché du discount est un marché résilient et en pleine croissance. Nous voulons encore le faire grandir et progresser. Le paradigme doit changer et les petits budgets doivent plus que jamais trouver satisfaction, dans un esprit d’achat malin et de bon rapport « grande qualité et petits prix. »

La famille Zouari, valeur montante de la distribution

Pour rappel, la famille Zouari était jusqu’en 2019 essentiellement présente dans la distribution alimentaire en tant que master franchisé du groupe Casino avec un parc actuel estimé à environ 200 magasins sous franchises Franprix, Monop’ et même Naturalia. Fin 2019, le groupe détenu par Moez-Alexandre, sa femme Soraya (photo ci-contre) et leurs trois filles, avait créé la surprise en rachetant 42% du capital de Picard Surgelés aux côtés du fonds d’investissement Lion Capital (il en détient aujourd'hui 49%). Le commerçant est aussi, avec Xavier Niel et Matthieu Pigasse, l’un des trois actionnaires du SPAC 2MX Organic, conçu pour investir dans des entreprises liées à la consommation de proximité et au développement durable. Grand Frais aurait été une de leur cible avant que l'enseigne ne renonce à se vendre.

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter