Après Sephora, le Clic-P compte s'attaquer à Marionnaud

|

L'intersyndicale qui donne le "la" sur le travail dominical et nocturne à Paris continue son combat pour faire respecter la loi. Prochaine cible : Marionnaud. Le Clic-P pèse également dans les négociations sur les zones touristiques dans la capitale. Une manifestation est prévue mi-novembre.

Marionnaud est dans le viseur des syndicats. Son magasin des Champs-Elysées ouvre tous les soirs jusqu'à minuit.
Marionnaud est dans le viseur des syndicats. Son magasin des Champs-Elysées ouvre tous les soirs jusqu'à minuit.

Fort de sa victoire contre Sephora -la Cour de Cassation ayant définitivement donné tort dans un jugement le 26 septembre au parfumeur en lui interdisant d'ouvrir après 21 heures sur les Champs-Elysées-, l'intersyndicale du commerce parisien annonce vouloir poursuivre Marionnaud dans les prochaine semaines. "Marionnaud doit respecter le Code du Travail, estime Eric Scherrer, l'un des protagonistes du Clic-P. Depuis ses travaux de rénovation, il ouvre tous les jours jusqu'à minuit, en s'appuyant sur un prétendu accord d'entreprise". Or, selon lui, ces ouvertures se font dans l'illégalité. L'accord a d'ailleurs été dénoncé par trois syndicats (UNSA, CGT et CFDT). Une soixantaine de salariés travaillent dans ce magasin. Cette procédure pourrait en entraîner d'autres. Quelques mètres plus bas, toujours sur l'avenue, Monoprix enfreint aussi la règle.

L'autre dossier du Clic-P concerne le commerce parisien et le dimanche. L'intersyndicale appelle à une manifestation tous les salariés concernés à la mi-novembre, le 14 en principe. Selon elle, la rentabilité économique de l'ouverture dominicale n'est pas prouvée, y compris dans les zones touristiques. Chiffres à l'appui, Bernard Demarcq, secrétaire général de la CGT Printemps, avance que pendant la première semaine de soldes, le chiffre d'affaires du dimanche est le moins élevé de cette semaine de ruée dans le grand magasin du boulevard Haussmann. L'argument de la création d'emplois -100 000 selon les estimations du Medef- n'est pas plus exact selon les syndicats.Depuis 2007, 1306 équivalents temps plein n'ont pas été remplacés au Printemps.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.
Franchise explorer

Franchise explorer

L’expertise au service du secteur de la franchise

Toute l'actualité

Toute l'actualité des secteurs d'activité en franchise

X

Recevez chaque semaine l'actualité des réseaux de franchise de la grande distribution et de la restauration.

Ne plus voir ce message