Marchés

Asus cultive sa différence

|

Lancement - Après le gros coup de l'EEE PC, le constructeur informatique taïwanais s'attaque au PC de bureau avec un modèle volontairement décalé.

Comme l'EEE PC, son cousin portable, l'Essentio CS 5110 est un ordinateur compact, plutôt performant, à un prix attrayant. Il soigne son look, portant une robe noire laquée là où l'EEE PC (lire p. 53) se parait d'un blanc d'inspiration Apple. « Nous avons choisi le design " glossy ", à la mode. Les clients aiment tout ce qui brille », s'amuse Mustapha Nhari, directeur commercial grand public d'Asus France. Il vante avec enthousiasme les vertus de ce tout premier PC de bureau à la marque Asus. Jusqu'à présent, le constructeur taïwanais s'était plutôt concentré sur les portables, atteignant le sixième rang européen sur ce segment. Une belle performance pour un groupe qui, depuis sa création en 1989, s'était spécialisé dans la production de composants et de produits OEM (vendus sous d'autres marques).

Depuis le début 2008, les activités OEM ont été regroupées dans deux nouvelles unités, Pegatron et Unihan. Quant aux produits à marque Asus, 31 % de l'activité du groupe, ils se doivent d'incarner une stratégie globale de « convergence digitale » qui, si elle n'a rien de très nouveau, justifie des fiches techniques orientées vers les usages multimédia. Pour une machine vendue à partir de 699 E (selon la configuration choisie), l'Essentio premier du nom est donc fort bien équipé, et propose processeur double coeur, lecteur Blu-ray, mémoire en grande quantité, connectique avec et sans fil ultracomplète et son 7.1. « Et c'est le plus petit PC de bureau du marché à proposer une vraie carte graphique dédiée », ajoute Mustapha Nhari.

 

Objectif salon

Toute cette technologie est emballée dans un boîtier esthétiquement réussi, et qui évoque fort la Playstation3 de Sony. Pour Asus, aucun doute, son Essentio est « un vrai objet de design qui trônera fièrement au sein du salon ». On est tenté de partager cet optimisme, à ceci près que le concept de PC de salon, initié voici de nombreuses années par des fabricants comme Shuttle, encouragé par Microsoft et son Media Center, puis par Intel et AMD, n'a jamais percé. Du moins en France. Difficile de croire qu'Asus parvienne seul à inverser la tendance. Son Essentio risque finalement de décorer surtout des bureaux. La vie est parfois injuste...

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message