Atari, de la gloire à la faillite

Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Atari est une société de divertissement interactif, créée aux Etats-Unis.

atari

 

Histoire :
 
L’entreprise américaine Atari est fondée en 1972 par Nolan Bushnell et Ted Dabney, qui élaborent leur Computer Space, en 1971. Spécialisée dans la conception de jeux vidéo, elle fabrique des bornes d’arcades, des consoles et des ordinateurs personnels. 
Rompant avec les flipper, Atari lance dès sa création la borne d'arcade, baptisée Pong. Elle en vend 35 000 unités au total.
Le logo de la firme, déposé en 1973, est fortement inspiré du Pong, représentant deux joueurs face à face. La même année, Atari lance Space Race et la version familiale du Pong, en 1975.
 
En 1976, Nolan Bushnell vend Atari à Warner Communications, qui introduit sa première console à cartouche, l’Atari 2600, en 1977. Cette dernière rencontre un fort succès et vend 40 millions d’unités.
 
 
Par la suite, Atari intègre le marché des ordinateurs personnels en lançant l'Atari 8-bit.
Dans les années 1980, elle fait face à une concurrence rude et perd de l'argent pour la première fois, jusqu’à 1 millions de dollars par jour. Ces difficultés s’accentuent encore plus avec le déclin du marché de jeux vidéo, en 1983, ce qui pousse Warner Communication à scinder l’entreprise en deux et à vendre le pôle « ordinateur et console de jeu » » à Tramiel Technologies.
Depuis Atari est scindée avec à la fois Atari Corporation, détenue par Tramiel Technologies et Atari Games, devenue Time-Warner Interactive, en 1993.
 
Elle est depuis 2001, une des filiales d’Infogrames Entertainment qui rebaptise l’ensemble de ses filiales commerciales Atari, dès 2003.
En 2008, Atari est entièrement absorbée par Infogrames Entertainment, pour devenir une entreprise française.
 
 
Dates clés : 
 
1972 : Création d’Atari.
Commercialisation de la première borne d’arcade, baptisée Pong.
1973 : Dépôt du logo d’Atari.
1976 : Rachat d’Atari par Warner Communications.
1977 : Introduction d’Atari 2600.
1983 : Scission d’Atari en deux et rachat d’Atari Corporation par Tramiel Technologies.
2001 : Rachat d’Atari par Infogrames Entertainment.
2013 : Faillite d'Infogrames.
 
 
Réalisations : 
 
Dès sa création Atari joue un rôle crucial dans  le divertissement et la culture populaire. Le groupe est un innovateur authentique de jeux vidéo, gérant un portefeuille de plus de 200 franchises, dont les marques renommées Asteroids et Pong.
Ses jeux attractifs sont disponibles en ligne, sur les Smartphones et bien d’autres terminaux connectés.
 
L’histoire d’Atari est marquée par une multitude de succès, rompant avec les anciennes conventions du jeu collectif.
Avec le légendaire Pong et son Atari 2600, la firme américaine confirme son positionnement de leader dans l'innovation pendant les années 1970.
 
Ses terminaux rayonnent pendant une décennie sur le secteur de l’arcade pour Pong et sur les jeux vidéo, grâce à Atari 2600, qui devient rapidement l’un des biens les plus vendus aux États-Unis. Elle génère d’ailleurs 1/3 des revenus de Warner Communications.
 
En 1980, Atari vend plus de 2 millions de consoles Atari 2600. Elle introduit son jeux dans plus de 8 millions de foyers, jusqu’en 1982 !
Toutefois, le lancement d’ET sur 2600, qui lui coûte une dizaine de millions, constitue un véritable tournant dans son histoire, précipitant le déclin du début de 1983. 
La même année, Atari perd 532.6 millions de dollars, soit 2 millions par jour !
 
En 2001, Atari est rachetée par la société française de création de jeux vidéo Infogrames de Bruno Bonnell, qui prend le soin de lancer ou racheter des licences emblématiques : Test Drive, RollerCoaster Tycoon, Grand Prix, Alone in The Dark, etc.
Ensuite, la firme française récolte les succès, réalisant plus de 670 millions d’euros, l’année du rachat d’Atari.
Elle enchaine les rachats de studios, de licences propres et de jeux issus de licences de films et de bandes dessinées, ce qui élève le montant de ses dettes. L'entreprise a visé très gros, entraînant une croissance importante de sa dette.
 
Toutefois, la qualité et la valeur ajoutée de ses jeux n’est pas forcément au point, ce qui pénalise les ventes, alors que l'entreprise a de lourdes charges financières, entraînant une période de 11 ans de résultats déficitaires, entre 2000 et 2011.
Ces derniers font chuter le cours de l’action d’Infogrames en bourse de 5 160 euros à 0.80 euro entre 2000 et 2012.
 
Pendant cette décennie, le chiffre d’affaires d’Infogrammes décline de 90%, passant de 670 millions d’euros à moins de 40 millions d’euros.
Le malaise financier s’accentue avec le départ de Bruno Bonnel en 2007, principal artisan du succès de la firme, à ses débuts.
 
L’entreprise se trouve alors dans l’obligation de céder une partie considérable de ses licences majeures avant d’annoncer sa faillite en janvier 2013, après avoir publié un chiffre d’affaires de 6,8 millions d'euros, pour le premier trimestre de son exercice 2012-13, en baisse de 39,3% par rapport à l’exercice précédent.
 
Elle place sa filiale américaine sous la protection de ‘Chapter 11’, loi américaine qui lui permet d’obtenir de la liquidité, en cédant ses dernières marques, notamment Pong.
La filiale française se réfugie de son côté sous la protection du Livre VI des difficultés des entreprises, recourant au Tribunal de Commerce de Paris.
 
En effet, l’entreprise n’est plus protégée par son actionnaire principal, BluBay Capital, dont les deux fonds d’investissement sont en liquidation.
 
 

Infos clés : 

 

  • Pays d’origine : Etats-Unis.
  • Dirigeants clés : Nolan Bushnell
  • Consoles phares : Atari Pong-Atari Video Pinball-Lynx-Jaguar-Atari 2600.
  • Chiffre d’affaires : 6,8 millions d'euros (1er trimestre de 2012-13).
  • Nombre de salariés : + 1800.

 

 
 
 

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA