Attaché au modèle alimentaire français

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

BERNARD VALLAT prend la tête du Conseil national de l'alimentation, et aura pour mission d'orienter la politique dans le domaine.

1973 Docteur vétérinaire, spécialiste en médecine tropicale et en alimentation animale. 1983 DESS d'économie. 1990 Chargé de négociations internationales relatives au montage de projets en cofinancement avec des organisations internationales spécialisées. 1994 Ministère de l'Agriculture, direction de la mission de coordination sanitaire internationale de la Direction générale de l'alimentation. 1997 Président de la commission du Code zoosanitaire international de l'Organisation mondiale de la santé animale. Directeur adjoint de l'Alimentation. 2000 Élu directeur général de l'OIE (Organisation mondiale de la santé animale). 2009 Élu président du Conseil national de l'alimentation.

Les ministères de l'Agriculture, de la Santé et de la Consommation, qui assument la tutelle du Conseil national de l'alimentation (CNA), cherchaient-ils, pour en assumer la présidence, un spécialiste de la qualité et de la sécurité alimentaire doté d'une expérience internationale ? À 62 ans, Bernard Vallat, vétérinaire de formation, compte plus de trente-cinq ans d'une carrière consacrée, en France et en Afrique, aux productions et aux politiques agricoles, répond a profil. « J'ai été confronté à une grande variété d'enjeux liés à l'alimentation humaine », résume celui qui reste directeur de l'Organisation mondiale de la santé animale.

Parmi ses principaux faits d'armes, la gestion, à la fin des années 90, de la crise de la vache folle. Il est alors chef des services vétérinaires français au ministère de l'Agriculture. Homme de dossiers, Bernard Vallat est capable d'affronter les crises, mais il préfère que sa nomination soit associée à son attachement à une certaine spécificité française en termes d'alimentation. « La mondialisation est en marche. Il est grand temps de s'interroger quant à ses conséquences sur notre façon de nous alimenter », souligne-t-il. Le CNA a pour mission de formuler des propositions d'orientations et d'actions en matière de politique alimentaire. » Parmi les « productions » attendues, un avis à dominante nutritionnelle sur la « consommation et distribution des produits alimentaires hard-discount et premiers prix ». Viendront ensuite un avis sur le texte de la « loi de modernisation agricole », mais aussi un rapport sur l'alimentation des populations captives (prisonniers, hospitalisés...).

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2117

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA