Attentats, état d’urgence et sécurité : quelles conséquences pour les commerces ?

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Suite aux attentats du vendredi 13 novembre 2015, le Président François Hollande a décrété l’état d’urgence sur tout le territoire. Quelles en sont les conséquences pour le commerce en termes de sécurité ? Décryptage. 

Les contrôles sont intensifiées sur tout le territoire, et notamment pour accéder aux grands magasins et centres commerciaux.
Les contrôles sont intensifiées sur tout le territoire, et notamment pour accéder aux grands magasins et centres commerciaux.© Stephane Bonnel - Fotolia
Les évènements tragiques qui se sont déroulés à Paris et à Saint-Denis dans la soirée du vendredi 13 novembre 2015 ont poussé le président de la République François Hollande a décrété l’état d’urgencesur tout le territoire français. Cette disposition exceptionnelle datant de la loi du 3 avril 1955 donne aux préfets, dans un contexte de trouble grave à l’ordre public, l’autorité pour prendre des mesures renforcées pour préserver l’ordre public et prévenir de nouveaux attentats terroristes. Autrement dit, d’une région à l’autre, les règles peuvent varier fortement. Et la région d’Ile-de-France bénéficie en outre de modalités particulières.
 
Du côté des préfets
Le site du gouvernement précise ainsi que dans tous les départements, les préfets peuvent :
  • Restreindre la liberté d’aller et venir en instaurant des zones de protection ou de sécurité particulières, ou en interdisant la circulation dans certains lieux (couvre-feu)
  • Interdire le séjour dans certaines parties du territoire à toute personne susceptible de créer un trouble à l’ordre public.
  • Réquisitionner des personnes ou moyens privés.
  • Interdire certaines réunions publiques ou fermer provisoirement certains lieux de réunion.
  • Conférer aux autorités administratives le pouvoir d'ordonner des perquisitions en présence d’un officier de police judiciaire, de jour comme de nuit.
  • Assigner à résidence toute personne dont l’activité s’avère dangereuse pour la sécurité et l’ordre public.
 
Le plan vigipirate adapté
Bien évidemment, les mesures du plan Vigipirate restent toujours d’actualité et une adaptation a été décidée suite aux attentats. Les préfets ont ainsi reçu du ministère de l’intérieur une note stipulant que deux mesures étaient élevées à leur plus haut niveau de contraintes.
Ainsi, le niveau Alerte Attentat reste en vigueur en Ile-de-France mais sont renforcé la surveillance et des contrôles, ainsi que le contrôle des accès des personnes, des véhicules et des objets entrants. Dans le premier point, les préfets sont amenés à interdire ou non les grands rassemblements public. En Ile-de-France, le préfet a pris un arrêté interdisant toute manifestation sur la voie publique du 14 au 19 novembre.
Dans le deuxième point, les lieux sensibles (lieux culturels, lieux touristiques, gares, aéroports, sites industriels, etc) bénéficieront de mesures particulières de surveillance. Les centres commerciaux sont notamment concernés sur ce dernier point, et certains sites n’ont d’ailleurs pas ouverts leurs portes au public samedi 14 novembre faute de disposer du personnel nécessaire pour faire les contrôles. Les autres centres ouverts ont eux posté devant chaque entrée un ou plusieurs agents de sécurité pour contrôler toutes les personnes entrantes.
 
Attention au cyber attaque
La note du ministère sensibilise également les préfets sur de potentiels cyber attaques et appellent à la plus grande vigilance sur le respect des règles de sécurité.
Par ailleurs, sur l’ensemble du territoire national, les forces de l’ordre et de sécurité, civiles et militaires, ont été mobilisées pour assurer la sécurité des citoyens et la protection des sites sensibles. « Les cibles et modes opératoires des terroristes depuis la crise « Charlie Hebdo » ayant été systématiquement différents, les forces privilégieront le contrôle dynamique des points clés du terrain et une capacité d’intervention rapide » conclut le document.
 
Infographie sur l'état d'urgence publiée par le gouvernement :
 
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA