Au cœur du nouvel entrepôt frais de proximité de Carrefour

à Brie-Comte-Robert, Carrefour a ouvert sa seconde plate-forme logistique dédiée à la proximité en Ile-de-France pour gérer les approvisionnements en produits frais. Visite de cet entrepôt où les marchandises arrivent le matin pour repartir dans l’après-midi.

Début juillet, Carrefour a inauguré à Brie-Comte-Robert (77) une nouvelle plate-forme logistique intégralement dédiée au commerce de proximité pour l’Ile-de-France. Plus précisément, le site exploité par ID Logistics s’occupera de gérer les produits frais pour les 350 magasins situés sur la zone sud de la région. Il s’agit d’un jumeau de l’entrepôt de La Courneuve qui, lui, approvisionne pour la même typologie de produits les 289 points de vente de la zone nord. « Auparavant, les magasins étaient desservis par le site de Combs-la-Ville qui alimente les Carrefour Market et arrivait à saturation, précise Thierry Quaranta, directeur des opérations logistiques France. L’objectif n’est pas d’investir dans des cathédrales logistiques mais de conserver des entrepôts à taille humaine. »

Le nouvel outil a été dimensionné pour traiter près de 17 millions de colis par an. Il s’étend sur 20 000 m² et fonctionne six jours sur sept, 24 heures sur 24, employant 200 personnes. La nature des produits traités impo­se une mise sous température dirigée. Ainsi, le bâtiment possè­de une zone pour les fruits et légumes allant de 9 à 12 °C, l’espace le plus chaud étant dédié­ aux fruits exotiques. Pour les produits frais, comme les yaourts ou la viande, la température descend­ entre 0 et 2 °C.

des volumes variables

Une petite partie de l’entrepôt est réservée au flux stocké, avec des produits sur palettes. « Les commandes des magasins de proximité sont très hétérogènes avec des quantités variables, détaille Thierry Quaranta­. Nous stockons certaines références incontournables de produits frais, pour atteindre le minimum de commandes imposé par des fournisseurs pour nous livrer, tout en optimisant la rotation de ces produits. » Pour estimer au mieux les demandes, Carrefour dispose d’une solution informatique maison qui analyse un ensemble de données afin d’aboutir à un taux de fiabilité de prévisions des ventes de 92%.

« La gestion de la data est un élément clé, car elle nous permet de dimensionner les équipes, les moyens de transport et le matériel nécessaires, pointe Thierry Quaranta. Nous devons encore aller plus loin pour industrialiser cet outil. L’objectif consiste à réali­ser de la prévision d’activité et de la prévision à la référence et, in fine, à pousser des produits vers la proximité. Ces magasins font encore très peu de promotions par rapport aux hypers. »

Concernant l’organisation des flux, tout se fait en cross-docking. Autrement dit, la plate-forme reçoit dès 4 heures du matin les marchandises expédiées par les fournisseurs. Les équipes d’ID Logistics s’occupent de contrôler la qualité en faisant notamment des prélèvements de produits, qui sont analysés dans un laboratoire installé sur le site. Les produits sont ensuite mis à la disposition pour la préparation des colis. Pour le picking, les opérateurs sont équipés d’un outil de commande vocale pour les guider dans les allées de palettes. Ils doivent donner un code détrompeur pour prouver au système qu’ils sont au bon emplacement. Dès le début­ de l’après-midi, les premières commandes commencent à s’entasser sur les quais d’expédition. Le plan de transport tombe vers 19 heures et le chargement des camions débute à partir de 22 heures. Le mur horaire à respecter se situe entre 2 h 30 et 3 heures du matin.

Équiper les rolls de puces

Toutes les marchandises sont installées sur des rolls, qui sont filmés pour le transport. Ces chariots métalliques permettent une manutention plus simple qu’une palette puisqu’ils roulent. Thierry Quaranta­ cherche néanmoins une autre solution plus ergonomique pour les magasins, car, vides, les rolls prennent de la place. Le dirigeant examine actuellement un chariot similaire mais pliable. Ce qui limiterait l’encombrement en point de vente. Autre innovation autour du roll, Carrefour va mettre en place une solution de suivi en les équipant d’une puce. « Elle va nous permettre, d’une part, de mieux gérer le principe de consigne/déconsigne des rolls et aussi de suivre que la chaîne du froid a bien été respectée et même d’identifier si le chariot a pris des coups pendant le transport », détaille le dirigeant. D’ici à la fin de l’année, 10 000 d’entre eux seront équipés. Dans la même optique de quali­té de production, Carrefour compte installer à Brie-Comte-Robert un système de tracking vidéo pour tracer toute la prépa­ra­tion. « Si nous avons un désaccord sur la livraison de marchandises, nous pouvons apporter une preuve et cela sécurise la chaîne logistique, indique Thierry Quaranta. Nous avons mis en place cette solution sur le site de Savigny-sur-Clairis pour les spiritueux et cela a attiré l’attention sur la qualité de la production.» 

Les entrepôts multiformats pour desservir la province

Pour le reste de la France, les magasins de proximité bénéficient du nouveau schéma logistique mis en place avec le projet Caravelle. Pour rappel, ce plan de transformation, initié fin 2014 et se terminant en 2018, a réduit le parc d’entrepôts de 67 à 55 et en a converti 34 en multiformat. Et c’est justement ces derniers sites logistiques qui approvisionnent la proximité. « En cinq ans, l’offre s’est élargie de 25%, notamment pour les produits régionaux et locaux, nous a précisé en avril dernier Florence Batchourine directrice supply chain de Carrefour France. Désormais, un Carrefour City peut piocher dans l’assortiment autrefois réservé à un hypermarché. »

Un traitement à part pour l’Ile-France

L’Ile-de-France bénéficie d’un traitement à part pour son approvisionnement, car Carrefour compte sur le secteur 639 magasins de proximité. Ainsi, l’enseigne dispose de deux entrepôts pour les produits frais, à Brie-Comte-Robert pour la zone sud, et un à La Courneuve pour la zone nord. Les surgelés proviennent d’un entrepôt multiformat, à Monsoult (95). Enfin, les produits secs sont expédiés depuis deux autres endroits, les fortes rotations proviennent de Saint-Germain-lès-Arpajon (91) et les faibles rotations, de Savigny-sur-Clairis (89).

L’entrepôt 

L’entrepôt de Brie-Comte-Robert se divise en plusieurs cellules avec trois températures : entre 0 °C et 2 °C pour le frais et entre 9 °C et 12 °C pour la zone des fruits et légumes.

le contrôle 

Chaque colis reçu par les fournisseurs est contrôlé pour s’assurer de la fraîcheur des produits avant d’être mis à disposition pour la préparation des commandes. Le site a un laboratoire qui teste la qualité des prélèvements.

L flux stocké 

La plate-forme stocke pour sept à dix jours quelques références qui ont des DLC longues, comme les yaourts, le fromage ou le beurre. Carrefour veut limiter ce flux, mais certains fournisseurs imposent un minimum de commandes qu’un seul magasin ne peut atteindre.

L'expédition

Les marchandises arrivent dès 4 heures du matin à l’entrepôt et repartent dans la journée, avec un début des expéditions par magasin dès l’après-midi. Les produits sont installés sur des chariots métalliques (rolls), filmés.

Le picking

Les préparateurs de commandes sont équipés d’un outil de picking vocal qui les guide dans les allées. Ils gardent ainsi les mains libres pour attraper les produits. Pour s’assurer qu’ils piochent les références au bon endroit, ils doivent indiquer un code détrompeur.

« Nous devons industrialiser notre outil de prévision des ventes afin de tendre vers une analyse plus précise à la référence et, in fine, pousser des produits promotionnels à la proximité.» 

Thierry Quaranta, directeur des opérations logistiques France

CARTOGRAPHIE SUR L’APPROVISIONNEMENT

Des 639 magasins de proximité en Île-de-France

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2483

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous