Auchan et Metro nouent une alliance mondiale à l’achat

Plus de 40 pays, une dizaine de formats et deux cœurs de métiers différents, l’un étant surtout un grossiste, l’autre un détaillant pur et dur, l’alliance à l’achat que viennent de signer l’allemand Metro et le français Auchan est inédite par sa dimension internationale.

Vianney Mulliez_46704.JPG
Vianney Mulliez_46704.JPG© © Samuel Dhote/ AUCHAN

La course effrénée à la puissance d’achat qui a saisi la grande distribu­tion alimentaire française prend une ampleur inégalée. Alors que l’encre des accords à l’achat entre Auchan et Système U puis Casino et Intermarché est à peine sèche, la bataille prend une dimension planétaire avec l’annonce d’une nouvelle alliance, cette fois-ci entre Auchan et l’allemand Metro, soit les deux groupes de distribution européens les plus internationaux.

Les deux géants, respectivement 11e et 7e distributeurs mondiaux et qui cumulent plus de 110 Mrds € de chiffre d’affaires, ont en effet ­annon­cé qu’ils allaient mettre en commun leurs achats de produits de grandes marques internationales alimentaires, et sourcer ensemble des articles non alimentaires pour vendre « des services » à leurs grands fournisseurs internationaux. En fait de services, il s’agit de leur proposer l’accès à tout ou partie « d’un réseau inégalé et multiformat, allant de sites d’e-commerce à des magasins de proximité, des entrepôts de cash & carry, en passant par des hypermarchés dans 40 pays dans le monde », décrit Jean-Denis Deweine, patron des achats internationaux d’Auchan et grand artisan de cet accord côté français.

 

Une parfaite complémentarité

Nébuleux ? Très concret au contraire. Même si Auchan se refuse à chiffrer le montant des recettes que rapporteront ces négociations internationales, invoquant « le secret des affaires ». À eux deux, Metro et Auchan brasseront 22 Mrds € de ventes de produits de grandes marques internationales, estime Jean-Denis Deweine. En non-alimentaire, entre 5 et 6 Mrds € de volumes d’affaires en commun seraient concernés. Surtout des produits de bazar, l’électronique grand public étant exclu de ces accords, car Media Saturn comme les grands magasins Kaufhof détenus par Metro sont, dans certains pays, en concurrence avec les magasins d’Auchan. Un cas de figure que se refusent à envi­sager les deux groupes pour qui l’alliance n’a de sens que par la parfaite complémentarité des réseaux mis en commun. Déjà, un ou deux points de « négos » – le gain communément admis dans ce genre d’accord – sur ce périmètre de 27 à 28 Mrds €, représentent entre 270 et 560 M € à se partager.

Largement suffisant pour sceller une alliance solide entre deux distributeurs très différents mais qui ont appris à se connaître et à s’apprécier. Le géant allemand est coté en Bourse et présent dans le cash & carry, les hypers, l’électronique et les grands magasins, alors que le groupe Auchan défend avec force son identité familiale et ses modèles d’hypers et de supermarchés tout juste mâtinés par quelques chaînes de drives et des sites ­internet. Les deux distributeurs ont toutefois une passion commune : l’international et notamment l’Europe centrale et orientale. Metro a été la première chaîne occidentale à se lancer dans la région avec ses cash & carry, puis ses hypers Real. Au­chan a aussi investi massivement dans les anciens pays de l’Est où il connaît un discret mais énorme succès. Les deux étaient faits pour s’entendre.

« Dès que nous avons décidé de faire la scission entre Real et Real International, nous avons reçu plusieurs offres, raconte à LSA Didier Fleury, le patron de l’enseigne. Parmi elles, l’offre d’Auchan était la plus intéressante. » Le manager français, qui a rejoint Metro en 2008, salue la manière dont les deux groupes ont travaillé main dans la main pour boucler un « bon accord ». Même son de cloche du côté d’Auchan où le processus de vente a permis aux équipes de « s’apprécier », selon Jean-Denis Deweine, et aux deux groupes de se découvrir « très complémentaires ».

Metro est très clair sur les motivations de cette alliance. Il s’agit, résume Olaf Koch, PDG du groupe, « d’opti­miser les synergies vis-à-vis de nos fournisseurs communs et de générer des économies de frais dont nous pourrons ensui­te faire bénéficier nos clients ». Le géant de la Ruhr ne dissimule plus sa volonté de combattre frontalement les discounters. Real a lancé il y a un an la marque propre « Ohne Schnickschnack. Ohne Teuer » (« Pas de fioritures, Pas cher ») avec 100 produits constamment moins chers que chez Aldi. L’enseigne pourra désormais élargir cette gamme et lutter plus efficacement contre les discounters qui contrôlent 45% du marché allemand.

Côté Français, cette alliance ne sera pas non plus sans conséquences. On pensait il y a deux semaines que ­Casino et Intermarché avaient fermé le ban en annonçant un rapprochement qui faisait d’eux le nouveau leader hexagonal en puissance d’achat, mais Auchan en gardait sous le pied. Il n’avait pas caché que son alliance avec Système U pourrait s’élargir. Mais si vite – l’accord qui démarre dès novembre 2014 est applicable pour les négos 2015 – et si fort, personne ne l’aurait prédit. Au point que même chez Auchan on s’attend à « des ré­actions » des concurrents. En attendant, les industriels, eux, sont confrontés à une nouvelle ­inconnue dans la difficile équation des négociations 2015.

Jérôme Parigi, avec Frédéric Thérin à Munich

Les termes de l’accord

Négociations en commun de conditions et de services auprès des fournisseurs des grandes marques de PGC au niveau mondial sur un volume d’achats communs de plus de 22 Mrds €.

Sourcing pour acheter conjointement les produits non alimentaires no name et MDD à l’exception de l’EGP, soit un volume d’achats communs compris entre 5 et 6 Mrds €.

Accès pour les fournisseurs dans plus de 40 pays à un réseau multiformat unique de deux acteurs « plus du tout concurrents » de près de 5 000 magasins.

Metro 7e distributeur mondial, allemand

Cœur de métier La vente en gros de produits aux professionnels, le cash & carry dont il est leader mondial.

63 Mrds € Le CA 2013-2014, dont un peu moins de 40 Mrds € dans la distribution alimentaire avec le cash & carry (30 Mrds €) et ses hypers Réal (8,4 Mrds € en Allemagne)

31 pays

2 200 magasins

68% des ventes alimentaires à l’international

250 000 collaborateurs

Source : Metro

Auchan 11e distributeur mondial, français

Cœur de métier Les hypers (839 intégrés, 154 associés ou franchisés) et les supermarchés (818 intégrés et 1 928 associés ou franchisés).

48 Mrds € de chiffre d’affaires

16 pays

Plus de 3 000 magasins

58% des ventes à l’international

302 000 collaborateurs

Source : Auchan

La course folle des alliances

Mi-février 2014 Création de Core : Rewe, Colruyt, Conad, Coop Suisse.

10 septembre Accord entre Système U et Auchan pour acheter en commun via Eurauchan en France leurs produits de marques nationales.

29 septembre Leclerc s’allie en Europe avec Delhaize Group et Coop Italia dans Coopernic (CA total : 80 Mrds €).

8 octobre Casino et Intermarché annoncent un accord à l’achat en France pour les produits de grande marque.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2340

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous