Auchan et Système U abandonnent les échanges d’enseignes. Et leur fusion ?

|

Devant les nombreuses résistances rencontrées, Auchan et Système ne procéderont pas  à l’échange des enseignes initialement prévu, devenu trop complexe à mettre en oeuvre. C'est un énorme coup d’arrêt pour le rapprochement entre les deux partenaires, qui vont recentrer leurs efforts sur la poursuite des achats en commun.

La fusion entre Auchan et Système U vient de prendre du plomb dans l'aile, puisque les échanges d'enseignes entre les deux partenaires n'auront finalement pas lieu. La collaboration se poursuivra sur les achats en commun.
La fusion entre Auchan et Système U vient de prendre du plomb dans l'aile, puisque les échanges d'enseignes entre les deux partenaires n'auront finalement pas lieu. La collaboration se poursuivra sur les achats en commun.© Caroline Faquet

C’est un coup de tonnerre qui vient d’être annoncé par Auchan et Système U. Les deux enseignes, qui devaient travailler ensemble sur leurs achats, leur logistique, et surtout procéder à des échanges d’enseigne (les hyper U devenant des Auchan, alors que les Simply Market devaient passer sous la bannière Super U) abandonnent ce dernier point. La valse des enseigne n'aura donc pas lieu. Le méga-accord (achats en commun étendus à un futur échange d’enseignes) avait fini par être qualifié de fusion de fait par l’autorité de la concurrence. Mais les résistances internes, nombreuses chez les associés U propriétaires d’hypermarchés, ont eu raison de ce volet stratégique. Cette histoire n'est d'ailleurs pas sans rappeler le non-mariage entre Castorama et Mr Bricolage. De plus, selon un observateur: "Les exigences de l'Autorité de la concurrence sont telles, les demandes de remèdes (cessions de magasins) sont si nombreuses, que le partenaire indépendant se voit contraint de renoncer au projet...du fait du mécontentement des adhérents susceptibles d'être évincés... La pression de ces adhérents du fait des exigences de l'Autorité de la concurrence aura probablement eu raison du projet". 

Les deux distributeurs, l’un familial, l’autre regroupant des indépendants ont donc "décidé de ne pas poursuivre la démarche initiale de recherche de synergies en lien avec leurs réseaux respectifs. Les exigences du modèle ciblé, unique et inédit dans le paysage commercial, rendent le projet trop complexe à déployer à court terme" selon les termes choisis du communiqué conjoint qui, très diplomatiquement, et pour sauver les apparences, précise qu’ "Auchan Retail France et Système U réaffirment leur partenariat et lancent un projet de collaboration renforcée sur les achats"

Un processus long et complexe, finalement abandonné

Ces derniers temps, outre les incertitudes et les questionnements de la part des associés U, peu désireux pour nombre d’entre eux de basculer sous l’enseigne Auchan, Bruno Lasserre, président de l’Autorité de la concurrence avait tenu à rappeler certains points essentiels, notamment sur l’étude des différentes zones de chalandise, et la nécessité d’obtenir des réponses fermes des propriétaires de magasins, sans lesquelles aucune avancée ne pouvait être obtenue. "Pour que ce changement de format s’opère, il faut que le gestionnaire du magasin donne son accord, qu’il accepte de changer d’enseigne. Le résultat de cette fusion ne peut être atteint qu’avec l’accord de chacun des gestionnaires de magasins indépendants et c’est là où semble-t-il on constate un certain retard ou une certaine résistance. Mais l’Autorité ne peut être saisie que de projets aboutis. Lorsque ce projet le sera, nous nous sommes engagés à l’examiner" déclarait-il au début du mois, avant l’abandon de ce rapprochement d’enseignes.

Malgré cet énorme coup d’arrêt, Auchan Retail France et Système U, qui ont informé l’autorité de la concurrence de ces changements, restent partenaires à l’achat, pour continuer à batailler sur un pied d’égalité avec les autres distributeurs français, engagés depuis 2014 dans des regroupements de centrales. D’ailleurs, le mandat à l'achat de Système U à Auchan Retail France "est reconduit pour 2017", ce qui, stricto sensu, fait accéder l'ensemble sur le podium des distribtueurs français en termes de parts de marché cumulées (voir ci dessous). Mais le projet de créer un ensemble inédit, qui reposait sur ces fameux transferts d’enseigne, semble désormais enterré et se dégonfler pour redevenir une simple collaboration à l’achat. Une autre interrogation reste de mise, puisque la réunion des moyens logistiques, partie intégrante de l’accord, n’a même pas été évoquée. Comme si son avenir était déjà réglé.

 

Les positions de U et Auchan en France

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter