Auchan ouvre les portes de sa centrale à Schlecker

|

L'enseigne allemande spécialisée dans les produits secs se réorganise pour réduire ses pertes. En France, elle s'associe à Eurauchan, notamment pour des achats de MDD du groupe français mais aussi pour ses bases logistiques. Un accord qui pourrait s'étendre à d'autres pays européens.

- 160 magasins - 1 base logistique au Muyr (Var) - 6 500 références en moyenne (DPH, alimentation animale, aliments pour bébés, épicerie sèche) - 250 m2 de superficie moyenne - 900 salariés

Le groupe Anton Schlecker vit une petite révolution. Avec des pertes de 52 millions d'euros en 2008 (33 millions en 2007) pour un chiffre d'affaires de 7,45 milliards d'euros, le premier groupe mondial de drugstores cherche à remonter la pente. En France, ce groupe familial a réduit la voilure en passant de 220 magasins en 2004 à 160 points de vente à ce jour. Cantonné à l'est de l'Hexagone, notamment le triangle Lyon-Perpignan-Menton, ce distributeur qui vend tout sauf des produits frais annonce la signature d'un partenariat avec la centrale d'achats Eurauchan.

Élargir le partenariat

« Cet accord permettra au groupe allemand de bénéficier dès le 1er janvier 2010 de produits MDD ou premier prix du groupe Auchan sur certains segments spécifiques au marché français, annonce le communiqué. Cette affiliation englobe aussi la chaîne logistique. Schlecker France devient le deuxième affilié d'Eurauchan en France, après le spécialiste de la distribution automatique de boissons chaudes et de friandises European Food, à ne pas exploiter directement l'une des enseignes du groupe Auchan. »

Est-ce un premier pas vers des relations plus étroites entre Auchan et Schlecker ? « Oui, note un consultant allemand. Ce n'est pas une première étape vers la vente du réseau en France, mais vers un élargissement de ce partenariat entre les deux distributeurs sur d'autres pays comme l'Espagne, l'Italie et la Pologne. »

Une bonne nouvelle pour Auchan, qui devra toutefois suivre de près la transformation du distributeur d'articles de droguerie et d'épicerie né en 1974. En effet, Schlecker devrait fermer 900 de ses 14 000 magasins dans les douze prochains mois. Parallèlement, il va accélérer l'ouverture de points de vente plus grands, baptisés en interne « formats XL ». Sur le seul mois d'octobre, 49 magasins ont adopté ce format de plus de 500 m2 (250 m2 pour un Schlecker classique) et 12 000 références, le double d'un magasin habituel.

D'ici à la fin de l'année, ce réseau « XL » comprendra 200 magasins en Allemagne, en attendant un nouveau format baptisé XXXL, récemment annoncé par le groupe. « En augmentant la taille de ses surfaces, Schlecker réduit ses coûts et concurrence mieux ses rivaux, DM, Rossman et Müller », argumente l'observateur allemand. Côté Auchan aussi, ce partenariat a du sens. « Depuis la mise en place de la LME, le métier d'acheteur s'est complexifié, explique Frédéric Boublil, directeur chez Solving Efeso. La fin de la loi Galland s'est traduite par une baisse de la marge brute pour les distributeurs. Il y a donc un mouvement de fond de recherche d'efficacité au sein des centrales d'achat. »

Les achats se massifient

Parmi les actions engagées, Casino achète ses premiers prix en commun avec sa filiale Leader Price et un nombre important de MDD avec Monoprix. De son côté, Carrefour veut massifier ses achats en les groupant au niveau de son G4 : France, Italie, Belgique et Espagne. Avec, toujours, une diffusion plus large des marques de distributeurs : Carrefour Discount dans ces quatre pays et Mieux Vivre ou Pouce dans les Schlecker, en plus des hypermarchés Auchan.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2113

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous