Auchan-Système U, le suspense reste entier

Quelles seront les conséquences de la fusion entre Auchan et Système U sur le parcde magasins et les affiliations ? L’Autorité de la concurrence se donne du temps et élargit le spectre de l’analyse aux drives et aux fournisseurs.

Bruno Lasserre, président de l’Autorité de la concurrence, qui étudie à la loupe le rapprochement des deux enseignes.
Bruno Lasserre, président de l’Autorité de la concurrence, qui étudie à la loupe le rapprochement des deux enseignes.

La fusion entre Auchan et Système U, même si elle n’est que « de fait », reste l’opération la plus importante depuis celle de Carrefour et Promodès, il y a quinze ans. Et depuis, les pouvoirs de l’Autorité de la concurrence se sont considérablement renforcés puisque, à l’époque, elle était encore soumise au ministère de l’Économie, ce qui n’est plus le cas. Le rapproche­ment est donc étudié à la loupe, et l’Autorité de la concurrence se donne du temps. Soixante-cinq jours « ouvrés », et plus si nécessaire, notamment dans l’attente d’engagements des deux enseignes à céder des magasins ou rompre des contrats d’affiliation. Soit début septembre, au plus tôt, et probablement plus tard.

Consulter les fournisseurs et les concurrents

Cette phase d’examen, dite 2, va servir à « consulter les acteurs », à savoir les fournisseurs et les enseignes concurrentes. Pour l’instant, seules les plus grandes entreprises – une soixantaine – sont concernées par le contrat de mandat pour les achats en commun des deux groupes. Dans le futur, tous les fournisseurs seront concernés. Et l’Autorité de la concurrence veut « identifier les conséquences de cette fusion » pour les plus fragiles. C’est une première. Elle craint sans doute les risques d’éviction des rayons, ou de dépendance économique, sachant que, de toute fusion, découlent massification et réduction de coûts.

Analyser les risques d’abus de position dominante

Par ailleurs, son analyse doit aussi porter sur les risques d’abus de position dominante dans une même zone de chalandise, selon des critères désormais bien établis (parts de marché, surfaces, temps donné à un consommateur pour se rendre dans un hyper ou un supermarché, etc.). L’exemple le plus frappant fut le rachat de Casino par Monoprix. L’enseigne a dû se séparer d’une cinquantaine de magasins en propre ou d’affiliés, principalement à Paris, où le groupe de Jean-Charles Naouri était clairement en situation de position dominante, mais aussi quelques-uns en province. ­L’Autorité aurait déjà identifié 400 « chevauchements » résultant de « l’alliance ». Combien seront problématiques ? Suspense…

Autre première, l’Autorité veut aussi inclure les drives – une centaine chez Auchan, près de 700 chez Système U – dans son analyse concurrentielle. En tant que tels, les drives n’ont que peu de surface commerciale. C’est donc leur chiffre d’affaires qui compte­ra. Il y a des drives accolés et des drives solos. Dans quelle catégorie seront-ils classés, sachant déjà qu’un supermarché ne fait pas concurrence à un ­hyper, selon la pratique « décisionnelle » ?

Et enfin, l’Autorité va aussi observer les zones de chalandise transfrontalières… Auchan ayant des magasins au Luxembourg, en Espagne et en Italie. Là encore, une première. L’affaire n’intéresse pas que les parties en présence. Plus il y aura de magasins à céder, plus il y aura de repreneurs à l’affût – Intermarché, Lidl, Casino et les autres. La lutte au mètre carré commercial sera sans ­merci.

Le calendrier

  • Décembre 2015 : notification officielle
  • Avril 2016 : dossier « complet »
  • Mai 2016 : prolongation de l’examen
  • Septembre 2016 : fusion autorisée sous réserve d’engagements (cessions, ruptures de contrats)
  • 2017 ou 2018 : vérification des engagements

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2415

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

Nos formations