Auvergne-Rhône-Alpes : un berceau favorable

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer
Auvergne-Rhône-Alpes : un berceau favorable

Deuxième région de France en termes de population, l’Auvergne-Rhône-Alpes se classe aussi au deuxième rang économique, derrière l’Ile-de-France, et au 8e rang au niveau européen. Et c’est d’ailleurs sur cette échelle que la région entend « challenger » ses concurrents. Située au centre des axes routiers qui relient l’Espagne et le Portugal au reste de l’Europe, mais aussi à côté de l’Italie et de la Suisse, l’Auvergne-Rhône-Alpes espère attirer les investisseurs et les entreprises internationales.

Pour cela, la région avance ses arguments : tourisme, main-d’œuvre abondante, bon pouvoir d’achat des ménages, tissu industriel dynamique et varié, avec des géants comme les laboratoires Mérieux et Boiron, le pétrolier Total, le leader mondial du pneu Michelin, mais aussi des marques de PGC historiques, comme les boules Obut, Sophie la girafe, les couteaux Opinel, Tefal ou Seb… Sans oublier que l’Auvergne-Rhône-Alpes abrite les sièges de nombreuses enseignes de distribution, comme Casino, Botanic ou Sherpa.

Tisanes humoristiques

Dans ce climat particulièrement favorable, la véritable originalité de la région réside dans la structure des entreprises. En effet, même si de très grands groupes sont présents, comme Danone, Candia, Bonduelle, Panzani, Aoste, Blédina, Pasquier, Sicarev ou encore Barilla, ces géants ne représentent que 10 % du tissu industriel. Le reste étant formé par des centaines de PME éparpillées sur tout le territoire. 90 % des entreprises alimentaires d’Auvergne-Rhône-Alpes ont moins de 20 salariés. Par ailleurs, on dénombre 460 coopératives ou unions, soit environ 15 000 salariés.

Des petites structures qui font preuve d’innovation. Les 2 Marmottes (74), par exemple, entreprise spécialisée dans les tisanes et infusions, a réussi à rajeunir l’image des boissons chaudes, grâce à des recettes et un packaging dans l’air du temps. En 2015, Les 2 Marmottes ont lancé le Peace mémé (comprenez pisse-mémé), une infusion aux feuilles de cassis et queues de cerise, pour une action drainante. La marque laisse également libre cours à son imagination dans ses campagnes publicitaires, comme celle de cet été qui montrait une belle surfeuse avec le slogan « sea, Marmottes and surf », pour la référence Détox et moi.

Mais l’Auvergne-Rhône-Alpes, c’est aussi le berceau de nombreuses autres innovations comme : les dosettes compatibles Nespresso d’UCC Coffee (26). Composées de deux matériaux, ces dosettes ne nécessitent pas de suremballage et préservent les qualités organoleptiques du café. Routin (74), n° 2 des sirops en France, s’illustre aussi par ses innovations. La marque a ainsi été la première à proposer, en 2015, des sirops en bouteille PET. Les innovations représentent 30 % des ventes de la PME.

Identité en devenir

Autre exemple, Thomas Le Prince, une marque spécialisée dans la transformation de fruits (compote, jus, confiture), qui se démarque en distribution régionale avec ses jus de fruits pétillants sans alcool. Plus récemment, c’est l’entreprise lyonnaise Like Dat qui a élaboré des jus de fruits à base de datte. Le produit fait un carton aux Émirats depuis deux ans, mais aussi en Belgique et en Grande-Bretagne. En France, il est référencé au niveau local, et dans les épiceries fines. Son fondateur, Fethi Hakkar, débute la commercialisation sur le circuit CHR et est déjà en cours de levée de fonds pour créer sa propre usine d’embouteillage. Parallèlement, il vient de lancer le premier substitut de sucre pour diabétique 100 % naturel. Composé de fructose de raisin, ce sucre liquide dispose d’un indice glycémique parmi les plus bas, avec un taux de 11,9 g, contre 20 g pour l’agave et 68 g pour le sucre blanc.

Si l’Auvergne-Rhône-Alpes s’affiche donc comme très dynamique, la région devra néanmoins relever plusieurs défis dans les années à venir. Le plus important sera sans conteste son identité. En effet, alors que l’Auvergne dispose d’une image forte, le Rhône-Alpes reste une région issue d’un agglomérat de départements, sans véritable âme commune. Savoyards, Drômois, Rhodaniens, Ardéchois, tous reconnaissent l’identité de leur département, mais peu se revendiquent Rhônalpins.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2429

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA