Avec l'iPad mini, Apple étoffe sa gamme... en la complexifiant

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

En dévoilant hier l'iPad mini et l'iPad de quatrième génération, Apple propose désormais pas moins de 12 produits dans sa gamme mobile. Une volonté de toucher le plus grand nombre contradictoire avec sa politique tarifaire...

Tim Cook
Tim Cook© APPLE

L'anecdote est rapportée dans la biographie de Walter Isaacson. Lorsque Steve Jobs était revenu à la tête d'Apple en 1996, il avait tracé un tableau de 4 cases sur un Wallpaper: les portables pro, les portables grand public, les desktops pro, les desktops grand public. L'objectif: réduire une gamme de produits pléthoriques et se reconcentrer sur l'essentiel.

 

A la tête d'Apple depuis un an, Tim Cook emprunte exactement le chemin inverse. Ce mardi 23 octobre, l'Américain a donc officialisé la sortie de l'iPad mini (en plus d'un presqu'anecdotique iPad 4 dont l'évolution la plus marquante est la nouvelle connectique Apple...): un modèle réduit en 7,9 pouces du grand iPad de 9,6 pouces. Seule différence il ne bénéficiera pas de la dernière améliration de son ainé, à savoir l'écran Retina, pourtant présent depuis deux ans sur le petit iPhone. Cela n'empêche pourtant pas la marque de proposer sa mini tablette -dont le lancement est attendu pour le 2 novembre- au prix maxi de 340 euros... Soit 140 euros de plus que ses rivales de Google (Nexus 7) et d'Amazon (Kindle Fire HD), toutes deux à 200 euros. Une politique tarifaire de la part d'Apple qui parait étrangement déconnectée d'autant que le mini iPad sera proposé à 330 dollars (hors taxes certes) aux Etats-Unis, soit 254 euros... Mais les prix élevés, c'est la marque de fabrique d'Apple depuis toujours.

Ce qui l'est moins c'est cette gamme de plus en plus difficile à appréhender pour un oeil non averti. Si on met de côté les ordinateurs iMac et Macbook, Apple propose aujourd'hui une gamme de 12 appareils mobiles: cinq iPod (Shuffle, Nano, Touch 4, Touch 5, Classic), trois iPhone (4, 4S et 5) et donc 4 iPad (le mini, l'iPad 2, le Rétina et le 4 Rétina). Tous déclinables en fonction de la capacité de stockage. Proposer une pléthore d'appareils pourquoi pas? C'est la stratégie de son rival Samsung par exemple. Mais ce dernier a toujours adopté une stratégie de volume: un appareil pour chacun plutôt que chacun avec le même appareil en quelques sortes. Avec sa politique tarifaire aristocratique MAIS l'envie d'occuper tous les segments, Apple semble courir après tous les lièvres du champ. Et dans le même temps sa part de marché s'érode. Selon Kantar, en France, la part de marché d'iOS (l'OS des iPhone) dans les smartphones a chuté de 5,8 points en un an et représente désormais moins de 12% du marché. Sur les tablettes, si Apple jouit encore, en tant que pionnier, d'une confortable avance (entre 50 et 55% en france selon nos informations), là aussi c'est la dégringolade depuis quelques mois. "Chaque semaine nous voyons l'iPad en recul de part de marché dans le panel GfK, commente un concurrent du monde du PC. Avec l'offensive d'Amazon, Google et Samsung, ils vont passer sous les 50% d'ici la fin de l'année." Pas de panique pour autant, la marge d'Apple reste la plus importante du secteur. C'est ce qui sauve Tim Cook. Pour le moment.

Carnet des décideurs

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA