Avec son réseau de livraison global, Amazon compte défier Alibaba

|

Des avions, du fret maritime… Petit à petit Amazon prend part au business de la livraison. D’après des documents révélés par Bloomberg le 9 février 2016, l’e-commerçant mettrait en œuvre son plan de domination du transport de marchandise, Dragon Boat, imaginé en 2013. 

Et si l'objectif d'Amazon était de maîtriser la logistique de A à Z ? D'après Bloomberg, Amazon prépare son plan de domination depuis 2013.
Et si l'objectif d'Amazon était de maîtriser la logistique de A à Z ? D'après Bloomberg, Amazon prépare son plan de domination depuis 2013. © DR

Discrètement mais sûrement, Amazon se fait une place dans le business de la livraison. Mi-janvier 2016, l’entreprise américaine Flexport avait découvert qu’Amazon avait demandé une licence de transport maritime auprès de la commission maritime fédérale pour sa filiale chinoise en novembre 2015. Le 17 décembre 2015, le Seattle Times révélait que l’e-commerçant était en négociation pour louer 20 Boeing 767. L’arbre qui cache la forêt ? D’après des documents révélés par Bloomberg le 9 février 2016, Amazon serait en train de mettre à exécution un plan pensé en 2013. L’objectif : dominer le transport et la logistique de marchandises pour concurrencer UPS et FedEx, mais aussi son grand rival chinois Alibaba.

Du côté d’Amazon, on minimise les choses
Fin janvier 2016, interrogé sur les opérations de l’entreprise, le directeur financier d’Amazon, Brian Olsavky avait minimisé les ambitions de l’e-commerçant. Selon lui, Amazon cherchait "simplement à suppléer ses partenaires de livraisons – et non les remplacer – pendant les pics de ventes, comme durant la période de Noël". Pour Bloomberg, le plan est bien plus audacieux. L’entreprise d’e-commerce aurait programmé une expansion agressive de son service de livraison, Fulfillment By Amazon, qui procure aux marchands indépendants des solutions de stockage, emballage, et livraison. Bloomberg explique que l’ambition serait de "contrôler les flux de marchandises des entreprises chinoises et indiennes, jusqu’à la porte des clients à Atlanta, New York ou Londres".

Alibaba en ligne de mire
D’après le rapport de 2013, sur lequel Bloomberg a mis la main, "les vendeurs ne devraient plus pour longtemps utiliser DHL, UPS ou FedEx. La facilité et la transparence, l’absence d’intermédiaires, vont amener les vendeurs à choisir Fulfillment By Amazon, qui propose des prix compétitifs". Amazon veut aussi éliminer de l’échiquier les multiples intermédiaires qui manipulent marchandises et documents. Alibaba est aussi visée : l’e-commerçant souhaite dominer le marché grossissant de l’e-commerce transfrontalier, qui devrait représenter 1000 milliards de dollars en 2020.

Amazon veut réduises ses coûts et… faciliter la vie de ses marchands
L’e-commerçant explique vouloir acheter des camions, avions, et bateaux pour réduire ses coûts. Grâce au système imaginé par Amazon, les marchands seraient en mesure de réserver de l’espace sur un cargo d’un simple clic, en ligne, ou via un mobile, avec des prix qui devraient convaincre les plus petits d’entre eux. La solution permettrait aussi aux marchands chinois et indiens de mieux toucher la clientèle américaine et européenne.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.
X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA