Marchés

Baladeurs : la face légale du MP3

Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Diabolisé en tant que standard de compression ouvrant la porte au piratage musical, le MP3 permet aussi la fabrication de baladeurs d'une compacité et d'une légèreté jamais vues.

Que n'a-t-on pas lu sur le MP3 ? Norme de compression permettant de réduire la taille d'un fichier musical informatique, ce standard a été accusé de tous les maux. Éditeurs et artistes se sont coalisés, pleurant sur leur inévitable faillite. Et puis, certains chanteurs ont commencé à vendre eux-mêmes leurs oeuvres sur internet. Les éditeurs ont finalement suivi et tous devraient bientôt proposer tout ou partie de leur catalogue par téléchargement.

Le MP3, et avec lui toute la musique sur internet (car il existe d'autres standards), a, en quelques mois, perdu un peu de sa maléfique aura. C'est donc la conscience tranquille que les fabricants de lecteurs audio se lancent à leur tour sur un marché du baladeur MP3, d'abord réservé aux spécialistes de l'informatique. D'autant que les instituts d'études prévoient pour cette année le vrai décollage des ventes, après les chiffres confidentiels de 1998 (2 500 pièces) et 1999.

Les baladeurs multistandards annoncés

Résultat de cette acceptation du MP3 : le standard se décline sur des supports de plus en plus divers. Aux États-Unis, on recense des autoradios, des éléments de chaîne hi-fi et des unités de stockage spécifiques. Surtout, on trouve une offre de baladeurs pléthorique. Le site mp3.com, référence institutionnelle sur le sujet, liste 55 modèles disponibles ou en passe de l'être, fabriqués par 46 constructeurs.

Nombre d'entre eux sont totalement inconnus de notre côté de l'Atlantique. On notera quand même parmi les fabricants les plus fameux : LG (qui a évoqué récemment la sortie en Europe d'une gamme complète mais sans date ni prix) et Creative Labs (avec deux modèles Nomad).

En France, l'offre est bien plus réduite. Diamond occupe toujours le terrain avec ses Rio 300 et 500, Saehan est là avec son bon vieil MPMan, mais sa distribution est trop discrète. Thomson propose son Lyra, Grundig son Mpaxx et de nouveaux acteurs moins célèbres occupent le terrain (Philex, KAO). La palme du dynamisme revient à Samsung, qui décline son Yepp en plusieurs références et a mis sur pied un site internet dédié. Une initiative qui semble évidente, mais que bien peu de constructeurs ont mis en place.

Reste le cas à part de Sony. Le géant japonais fêtait, l'an dernier, les vingt ans du tout premier Walkman et pouvait difficilement faire l'impasse sur une technologie aussi prometteuse que le MP3. Il a donc effectué son entrée en début d'année avec un baladeur très haut de gamme, très cher, utilisant sa carte Memory Stick, pensé pour empêcher le piratage.

Pour les testeurs de mp3.com, les mesures de protection nuisent lourdement à l'ergonomie du NW-MS7 et rendent son utilisation longue et fastidieuse. À vérifier sur la version française. Mais, pour certains, cette polémique est déjà dépassée et l'avenir du MP3 passerait par les baladeurs multistandards, capables de lire aussi bien un CD ou un MiniDisc qu'une carte mémoire contenant des fichiers numériques. De telles machines sont déjà annoncées.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA